Mythologie de l’arbre mort

Posted on 18 mai 2012

3


Dans la mythologie scandinave, les premiers humains ne sont pas descendus des arbres, contrairement à ce que pensait Darwin, mais ils furent créés à partir de branches d’arbres. Le premier homme fut ainsi créé d’une branche de frêne, la première femme d’une branche de bouleau.

Bon, pourquoi que je raconte ça, moi ? Ah oui ! Laissons à Louis XIV le temps de succéder à Louis XV. Euheuh ! Pardon, je me suis trompé de François. D’ailleurs, allez savoir pourquoi, s’il y eut un François 1er, il n’y eut pas de François II.

Bref, passons ! Et parlons d’un sujet autrement plus sérieux, la TMT – à ne pas confondre avec la TNT où, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, la plupart des journalistes qui nous ont fait subir pendant cinq ans une cure de sarkozysme primaire, nous font dans la risette hollandaise aujourd’hui. A ne pas confondre non plus avec le TNT, abréviation sobre du trinitrotuluène, que j’ai parfois envie de balancer dans ma télé pour la faire imploser.

Non, la TMT, c’est la théorie du management de la terreur. Oui, je sais, vous allez me dire, Plouchard, tu ne crois pas qu’on en a assez bouffé comme ça pendant 10 ans avec Flicard 1er ! Ben non, ce n’est pas ça – quoi que, il la connaît peut-être.

La TMT, cela consiste à penser que l’homme n’étant pas si crétin qu’on le croit, prend très vite conscience qu’il va mourir, ce qui le plonge dans la terreur. Il lui faut donc manager (ça vient de chez les ricains obviously) cette terreur à l’aide de quelques paravents qui la masquent, le principal étant l’estime de soi, mais il y en a d’autres, tels l’identité (nationale ou autre), l’appartenance familiale, sociale, culturelle. En gros, tout est bon pour masquer cette terreur existentielle, de l’onanisme à la pratique de l’art abstrait, de la confection d’une confiture à la musique concrète…

Sauf qu’il y a un hic dans ce truc. On sait depuis longtemps que l’homme est nettement plus crétin qu’il ne le pense, du coup, pour masquer sa terreur fondamentale il accorde généralement ses paravents à ceux de son voisin, ce qui explique qu’il y a assez peu de gens qui pratiquent la musique abstraite ou la peinture concrète. La plupart des bipèdes préférant cultiver la simple estime de soi et leur sentiment d’identité (nationale ou autre) et d’appartenance à une caste.

Autre hic, dans ce machin. Il y a des revers pervers. Ainsi, l’on pourrait croire que, plus vous augmentez la terreur fondamentale des gens, plus… elle augmente, logique, non ? Si donc vous leur balancez à longueur de journées des films d’horreurs et des séries flicardes avec des morts tout partout, ils auront de plus en plus peur de la mort.

Certes, mais pas uniquement, une très sérieuse étude américaine vient de montrer que plus vous leur balancez de ces morbidités télévisuelles, plus les gens consomment. Ce qui s’explique aisément, notre société étant basée sur la consommation et l’humain étant décidément bien plus crétin qu’il ne le pense, plutôt que se tourner vers la sculpture cubiste, il fonce tête baissée vers la base. CQFD, plus l’homme moderne et prétendument civilisé a peur, plus il consomme.

Décidément, non ! L’homme ne descend vraiment pas de son arbre.

Publicités
Posted in: Merdialisation ?