Cumulez-moi !

Posted on 31 mai 2012

0


Notre nouveau gouvernement compte 34 ministres, dont 24 se présentent aux élections législatives, allez savoir pourquoi. Peut-être ont-ils peur de perdre leur portefeuille de ministre, les sièges sont parfois si facilement éjectables qu’ils leur faut une roue de secours !

Bon, théoriquement, ils ne siègeront pas à l’Assemblée tant qu’ils ou elles seront ministres, mais y seront remplacés par leurs suppléants. Bonne nouvelle donc, s’ils cumulent les mandats (un ministre n’est-il pas muni d’un mandat, avec son portefeuille ?), ils ne devraient pas cumuler les salaires, celui de député devant logiquement aller au suppléant.


Mais il paraît qu’il y a un hic dans cette histoire de ministres-candidats et de suppléants, ce que souligne Jean-François Achilli sur son blog

Depuis la réforme constitutionnelle de 2008 (voulue par notre ex-vénéré, et devenu officiellement Filou 1er depuis sa désintonisation), un ministre élu au parlement dispose d’un délai de un mois pour choisir entre son portefeuille de ministre, et son siège au parlement. Ce qui signifie que pendant ce délai, son suppléant est dans le néant parlementaire, son siège étant en vacances.

Si la gauche gagne donc les législatives avec une courte majorité, disons une vingtaine de sièges, et qu’une vingtaine de ministres sont élus. Exit de la majorité parlementaire pendant un mois, et l’on retrouve un canari de droite sur le perchoir.

Bon, si vous me demandez ensuite pourquoi Filou 1er porte bien son surnom, je file me noyer dans l’aspro avant de refaire la démonstration.

Ouais, et dans cinq ans, tu postules comme suppléant du ministre au redressement productif ? Qu’il demande mon neveu.

Bon allez, juste un clin d’oeil, parce que j’aime bien.

Le clip de campagne officiel d’Alessandro Di Guiseppe, candidat de l’Eglise de la Très Sainte Consommation, aux législatives 2012 dans la première circonscription du Nord.

 
Publicités
Posted in: Raz-le-bol