Et le huitième jour…

Posted on 10 juin 2012

0


Va falloir sacrément urger en 2012. Parce que crac, boom, raoust, poubelle, dans six mois, c’est la fin du monde. Et cette fois c’est la vraie, pas comme dans un film que vous pouvez regarder cinq ou six fois sur votre magnéto. 

Non, ça y’est, c’est fini, ras le cul qu’il a dit le bon dieu des Mayas. Trop c’est trop ! J’en ai marre de subir ce monde depuis des lustres de siècles. Passons à autre chose. Tiens, si je me faisais une partie d’échecs en fumant un joint !

Bon, le premier jour de la fin du monde, allez hop, il bousille tout, et pas question de laisser un Noé sur son arche avec les poules et les cochons. Le second jour d’après la fin du monde, il fume donc son pétard tranquille en jouant aux échecs. 

Le troisième jour, ça commence à le faire suer de jouer aux échecs tout seul, et il s’interroge… ???

Le quatrième jour, ça fait tilt (je ne vous l’ai pas dit, mais il est un peu mou de la comprenette, le dieu des Mayas, pas étonnant qu’ils se soient faits dézinguer par les Espagnols), et il se dit que… Ben oui, que quoi ???

Le cinquième jour, il a tout pigé. Bon, si je m’emmerde, c’est parce que je suis tout seul. Il faut donc que je crée encore un monde pour pouvoir jouer avec.

Le sixième jour, il se met au boulot, et lorsqu’il s’y met, ça y va. Zip, créé en une journée le monde.

Le septième, ils est crevé de fatigue évidemment, alors il se repose.

Et le lendemain, tout recommence comme avant. Mais allez donc savoir pourquoi, depuis ce jour la terre est plate !

P.S. C’est le cas de le dire, et sans rapport quoi que. Suite aux révélations du Canard enchaîné dont je parlais l’autre jour, notre brave et valeureux ministre de la valse et des poulets associés a fait savoir qu’il renonçait à son cadeau bonux. La petite indemnité de 1700 euros qu’il s’était fait voter en tant que conseiller municipal d’Evry. Enfin une bonne nouvelle, n’est-il pas ! Bonux va laver plus propre peut-être, surtout si vous faites des noeuds au torchon.

Bon, si vous regardez la photo de Libération, il fait un peu la gueule. Il aurait même « été choqué et blessé » de cette querelle. Mais ça lui passera peut-être.


Ben oui, l’est chiant ce monde, avec tous ces journaleux qui n’hésitent plus à mettre les doigts dans les poubelles pour y trouver des petits papiers froissés. Et que dès qu’ils trouvent un truc, bing, ça fait buzz sur le net. Vivement l’hadopi II. Qu’elle dit ma valse.

Dis Tonton… Oui, mais pas le dimanche !

Publicités