Lorsque les schtroupfs valseront

Posted on 13 juin 2012

0


Bon, disons le d’emblée. Je n’en ai rien à secouer du tweet de Valérie machin que je ne sais même pas prononcer son nom. Ce n’est pas parce qu’elle est la copine de notre Vénérable Nounours 1er, qu’elle doit partager toutes ses idées. Ils n’ont rien d’autre à foutre que de causer tweets, nos journaleux et politiques ?  C’est quoi ces vieux trucs de machos attardés ? Dimanche, ma femme est allée voter pour Miss Ducrot (ah que !…), ma chatte est allée voter Front de Gauche, moi j’ai voté « Merdre ». Et mon lémurien, je ne sais pas, il est allé se planquer dans mon chapeau après le vote.

Bon, parlons lémurien, c’est nettement plus important.

Le lémurien donc, cette charmante petite bestiole aux grands yeux marron clair que vous avez peu de chance de croiser dans votre appartement, sauf si vous créchez à Madagascar ou dans ses banlieues, serait-il cannibale ? 


C’est l’une des grandes questions que se pose la science depuis sa découverte (pas celle de la science, celle du Microcebus murinus, ainsi que les latins nommèrent la jolie bestiole lorsqu’ils la découvrirent).

Et bien oui ! Le lémurien est cannibale !

Après quelques milliers d’années de recherches, nous avons enfin la réponse. De même que certains humains (qui lui sont d’ailleurs très proches, puisque chacun descend de l’arbre) un éminent chercheur  au nom imprononçable sauf par un Finlandais, Anni Hämäläienen, mais travaillant à l’université allemande de Göttingen, vient de le démonter indubitablement à l’aide de puces, le lémurien est bel et bien cannibale.

Une femelle lémurienne du nom de 374B a en effet été bouffée par l’un de ses congénères mâle, qui l’a ensuite pendue à un arbre par les pieds.

Bon, je ne vous raconte pas les détails ? Si ! Le salopiaud de lémurien lui a déchiré le corps, bouffé les organes vitaux, fracassé la tête, s’est délecté de son cerveau, avant de se baffrer de sa moelle épinière, puis de sa cage thoracique, pendant environ 20 minutes, alors que l’éminent chercheur regardait la scène…

On se demande parfois qui est le plus cannibale du bouffeur ou du  voyeur ! Mais, ce n’est pas le sujet.

A la décharge du brave Anni Hämäläienen, on notera toutefois qu’il n’a pas assisté au début de la scène. Lorsqu’il est arrivé, la lémurienne était déjà crevée, et en train de se faire dévorer. Il n’est donc pas certain que ce soit le mâle qui l’ait tuée, mais selon lui, plutôt un autre prédateur. Pas certain donc non plus que ce soit le lémutien cannibale qui l’ait pendue par les pieds à l’arbre.

Mais cette découverte est absolument remarquable. Si l’on savait déjà que certains de nos cousins primates étaient cannibales, les chimpanzés, les bonobos, les orang-outans et même les gorilles. Jusque là, l’on avait constaté qu’ils ne bouffaient que les nouveaux-nés, et parfois des jeunes. C’est donc la première fois que l’on assiste à un cas de cannibalisme entre adultes chez les primates, ce qui les rapproche bien plus de nous encore, qu’on ne le pensait jusque là.

Mouais ! Et la valse des schtroupfs, qu’est-ce qu’elle vient faire dans ton histoire ?

Ben, j’en sais rien, c’était juste une idée comme ça !

Advertisements