Buzz, buzz, vous avez un message

Posted on 10 juillet 2012

0


« Orange vous présente toutes ses excuses pour le désagrément occasionné par l’incident national sur son réseau mobile. Plus d’infos sur le web orange.fr ». Merci Madame ou Monsieur Orange, ça me fait une belle jambe. Et buzz, buzz, qu’elle me dit l’abeille.

Bon, je ne vous parlerai pas de redressement des comptes publics, de lutter contre la détérioration de notre compétitivité, ou de réformer notre mode de protection sociale. Laissons cela au MEDEF et au gouvernement de Nounours 1er. Ils pourront d’ailleurs le faire de conserve (ou en concert).

Non, j’ai envie de parler des abeilles aujourd’hui.

Depuis des années, on sait que les abeilles crèvent en masses de plus en plus croissantes. Et depuis des années encore, scientifiques et apiculteurs pointent du doigt les pesticides comme facteurs de mortalité. 

Mais il aura fallu des années aussi pour que cela bouge un peu et que nos autorités retirent (du bout des doigts) des marchés certains produits dotés de jolis noms du style, Gaucho (c’est un Argentin), Régent (c’est le futur roi des Belges) ou Cruiser (moi, je pensais que c’était un bateau). Après tout, qu’importe la vie d’une abeille dans celle d’un politicien ! La plupart ne doivent même pas savoir comment se fabrique le miel, dans une usine, probablement.

Bref, pour qu’un pesticide soit mis sur le marché, il faut d’abord que ses effets soient testés, et notamment sur les abeilles. Sauf que l’autorité européenne de sécurité des aliments (un truc on ne peut plus sérieux donc) vient de pondre, non pas un oeuf, mais un rapport de 275 pages qui nous révèle que… ces tests sont totalement bidonnés !

Je vous passe les détails sordides, on peut les lire sur le blog Planète du Monde. Mais en résumé, les pondeurs des résultats de ces tests sont pratiquement tous, soit liés, soit financés, soit sponsorisés, soit directement employés, par les principaux fabricants de pesticides.

On peut ainsi lire que lors de la dernière conférence du « groupe de travail sur la protection de l’abeille », chargé de publier les tests en question fin 2011, « la participation d’experts employés par des firmes agrochimiques ou les laboratoires privés sous contrat avec elles », oscillait « entre 50 % et 75 % ».

Ouais, il y a de quoi se mettre du pesticide dans l’objectif. Qu’elle dit ma chatte.

Publicités
Posted in: Merdialisation ?