Tigre ou bouledogue ?

Posted on 11 août 2012

0


« L’objectif est de disposer des informations permettant de savoir si l’interdiction de commercialisation des poissons concernés, édictée en 2009, peut être levée et permettre ainsi une reprise de la pêche de ces espèces qui n’est plus pratiquée faute de débouché commercial », rappelle la préfecture.

Bon, j’ai déjà parlé il y a quelques jours de cette ineptie consistant à appeler un requin « bouledogue » et de cette imbécilité encore plus inepte du gouvernement de Nounours, pardon, Poisson d’avril 1er à autoriser la pêche, pour de pseudo-raisons scientifiques, de ces bestioles qui ne ressemblent en rien à des bouledogues et ne font rien d’autre que de bouffer occasionnellement un surfeur. 

Mais j’ai oublié de dire que d’autres crétins avaient eu l’ingénieuse idée de baptiser certains requins du nom de « tigre ». Je ne sais pas si vous avez déjà comparé un requin à un tigre, mais il lui ressemble aussi peu qu’à un clébard, ou qu’un tigre à Clémenceau.

Bon, il y a aussi des requins marteaux, mais passons sur l’ineptie humaine ! Quoi que… Ben non ! Parce que j’ai aussi oublié de dire encore que cette autorisation de pêche pour raisons scientifiques (et mon oeil avec) concerne aussi les requins nommés tigres, mais qui ne ressemblent qu’à des requins requins.

Bref, les pseudos raisons scientifiques à deux balles, on les connaît. Il s’agit de savoir si les tigres et les bouledogues des mers (et pourquoi pas les étourneaux) n’auraient pas la ciguatéra. Et comme ils bouffent de temps à autres des surfeurs, s’ils ne leur donneraient pas envie de cloper.

Sauf que – même si l’on s’en doutait – derrière ces raisons pseudo-scientifiques se mettent à jour les vrais raisons, purement mercantiles, comme en témoigne cette déclaration de la préfecture mentionnée plus haut et citée par l’Obs. Il s’agit en fait de « permettre ainsi une reprise de la pêche de ces espèces qui n’est plus pratiquée faute de débouché commercial ».

Je ne m’interrogerai pas sur le lieu où ils ont appris la logique, les rédacteurs de cette déclaration. Mais sans doute pas en fac de sciences, parce que pour étudier une possibilité de reprise d’un pêche qui n’a plus de débouché commercial, il faut être soit débouché soi-même, soit un peu bouché sur les bords.

Et même à l’intérieur. Qu’elle dit ma chatte.

Bon, une bonne nouvelle au moins, la première pêche « scientifique » a eu lieu vendredi, et peau de balle, ils étaient bien planqués les requins. Pas un seul qu’ils en ont chopé.

Dis Tonton, ils vont faire la révolution aussi, les requins !

….

Publicités
Posted in: Merdialisation ?