A la ferme…

Posted on 26 août 2012

0


Il faut bien le dire, je ne lis pratiquement jamais les éditos de Laurent Joffrin, tant ce monsieur, après avoir droitisé Libération est en train maintenant de droitiser le Nouvel Obs (espérons qu’il ne finira pas sa carrière à Politis, c’en serait vraiment fini de la gauche !).

Mais après avoir lu une tribune de Pierre Henri, DG de France terre d’asile publiée sur le Plus de l’Obs, en réponse à son édito du 16 août concernant les expulsions des campements illicites de Roms. Et après un mauvais déjeuner qui m’a donné envie de gerber, je me suis dit, allez hop ! Quitte à gerber, autant y aller. je lis donc cet éditorial.

Et en effet ! Après un blabla moralisateur qui tente vaguement de nous expliquer qu’il ne faut pas confondre la politique Hollande-Valls vis à vis des Roms avec celle de Sarkozy-Hortefeux-Guéant (personnellement, je ne vois toujours pas la différence). L’on en arrive à ce qui, pour Laurent Joffrin, semble être le coeur du problème « les solutions de relogement coûtent cher ». Je cite :

« alors même que les logements sociaux sont déjà insuffisants pour accueillir les migrants légaux. Donner la priorité aux Roms, c’est choisir les immigrés qui violent la loi contre ceux qui la respectent. »

Dites, monsieur Joffrin, c’est l’effet de la canicule ? Ou vous cherchez une place de conseiller dans le cabinet (je suis poli) de Manuel Valls ?

A la manière de votre dissertation, je répondrai donc par des paragraphes numérotés.

1) Que les logements sociaux soient insuffisants, certes, c’est une évidence.

2) Mais à qui la faute ? A tous nos gouvernements qui se sont succédés (de droite à gauche) et qui se fichent du social comme de leur première chaussette, mais qui promulguent des lois imposant un taux de logements sociaux… sans les faire respecter.

3) Je passe sur l’insuffisance de logements sociaux « pour accueillir les migrants légaux », parce que s’il n’y avait que des « migrants » (légaux ou non) en besoin de logements sociaux… Bref, vous devriez aller y faire un tour, de temps à autres.

4) Et j’en arrive à l’essentiel, « donner la priorité aux Roms, c’est choisir les immigrés qui violent la loi… » Celle-là, il fallait la sortir, cher monsieur Joffrin, vous l’avez trouvée où ? Dans le petit manuel (sans valse) du parfait sarkozysite rédigé par Hortefeux, Guéant ou Guaino ?

Non seulement elle stigmatise les Roms dans leur ensemble en les qualifiant tous de délinquants, tout autant qu’une certaine circulaire de l’an dernier émise par monsieur Guéant et ses sbires. Mais elle est totalement contradictoire avec votre blabla moralisateur qui précède où, pour justifier les démantèlement, vous nous expliquez que les « faits de délinquance » ne sont pas le fait « des Roms en général, mais d’une minorité d’entre eux… »

Ouais, l’a dû prendre un gros coup de chaleur. Qu’elle dit ma chatte. Ou c’est l’effet du vieillissement, tu sais, les mecs qui se sont crus à gauche quand ils étaient jeunes, pour mieux virer à droite au gré du vent.

Oui, et pas trop loin de l’extrême droite, même… Bref, j’impasse sur la fin, que sinon je vais même gerber mon dîner.

Bon mercredi dernier, il y avait réunion interministérielle spécialement consacrée au Roms. Et tout cela pour quoi ?… Bien strictement rien ! Enfin si, le même truc que l’édito de monsieur Joffrin.

Bon, on va assouplir les possibilités des Roms de travailler (on ne sait pas trop quand, mais on le dit quand même). Sauf que…

Cela ne servira à rien. Qu’elle dit ma chatte. Tu connais le délit de faciès. Va t’en trouver du taf si tu as un nom du genre Mohamed ou Adboula et que tu habites une banlieue sordide. Alors si tu t’appelles Badia et que pour adresse tu mentionnes une caravane sur un « livret spécial de circulation » aussi nommé « carnet anthropométrique »…

Bien oui, tu peux toujours courir !

Pour rappel, la loi de 1969 qui impose aux itinérants un livret de circulation, même si elle a été modifiée depuis, est toujours en vigueur. 

Et pour rappel encore, il aura fallu attendre 1946, soit plus d’un an après la fin de la seconde guerre, pour que les derniers Tziganes retenus dans des camps d’internement français (celui de Jargeau par exemple) soient libérés. Ce qui montre l’amour des français pour les Roms, Nomades, et autres Tziganes

Bref… J’ai dû interrompre l’écriture de ce billet en cours de route. Et bien m’en a pris, parce que monsieur Joffrin s’est ensuite fendu d’une réponse à la tribune de Pierre Henry qu’il qualifie d’une « accumulation d’anathèmes », de « moralisante, outrancière et, pour tout dire un peu ridicule. »

Encore heureux que le ridicule ne tue pas, il en serait mort, m’sieur Joffrin.

Comme tu dis, et il va même jusqu’à qualifier son contradicteur d’agressif.

Dis, cela ne te rappelle pas un truc. Dès que tu contredis un UMPiste, t’es agressif, moralisateur, outrancieux…

Bien oui. Comme quoi, il n’y a vraiment plus beaucoup de différence entre l’UMP et une certaine gauche caviardisée.

Advertisements