La verge et la regle d’or

Posted on 14 septembre 2012

0


Bon, la verge d’or, j’en ai déjà parlé hier, et je vous avais dit que je parlerais aujourd’hui de règle d’or. Ben non, enfin si, mais d’une autre. Après le ridicule incident de Fukushima et quelques tergiversations, le gouvernement japonais a « annoncé » l’arrêt « progressif » de sa production nucléaire « sur 30 ans ». Oui, je mets des guillemets, parce que les mots sont importants, enfin parfois.

Je ne dirai pas qu’après Hiroshima et Nagasaki, si l’humanoïde avait été un tant soit peu raisonnable, il aurait immédiatement renoncé au nucléaire, c’est de l’histoire presque ancienne.

Je ne dirai pas non plus que j’ai lu, je ne sais où, que le Fujiyama (appelé par les japonais Fujisan), à ne pas confondre avec Fukushima, est lui aussi, en tant que stratovolcan, une cocotte minute susceptible d’exploser. Et qu’il serait en pleine ébullition intérieure, d’où une très probable éruption prochaine. Les vulcanologues étant comme les météorologistes et les stratèges de l’atome, ils ne fixent jamais de dates précises.

Et puis nous n’allons pas faire dans le pessimisme aujourd’hui. Les scientifiques estiment qu’à partir d’une pression de 0,1 MPa (ne me demandez pas de traduire) une éruption du Fuji est possible. Or, elle est actuellement de 1,6 MPa suite au séisme de 2011 et au bordel qui s’en est suivi et qui ont provoqué ce petit incident ridicule à Fukushima.

Bref, pas de pessimisme. De toute façon, c’est au japon que se rejoignent et s’embrassent (avec deux « s » ou un seul, c’est au choix) les plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine. Si c’est la pacifique qui gagne, il n’y a strictement aucun danger, comme diraient les spécialistes de l’atome.

Et puis le Japon, c’est le Japon. On s’en fiche qu’il pète.

Ouais, z’avaient qu’à pas inventer les kamikazes. Qu’elle dit ma chatte.

Oui, et tu ne peux pas la fermer de temps à autres ! 

Je reviens donc à notre « annonce » du début, et à ses guillemets. Moi, lorsqu’on me parle d’annonce, cela me fait penser à de la publicité, et comme j’ai tendance à penser que la publicité est mensongère, je ne vous ferai pas un dessin.

Bref, le Japon a annoncé l’arrêt « progressif » et « sur 30 ans », ce qui signifie que – si la publicité n’est pas mensongère – les centrales nucléaires nippones seront éteintes dans 30 ans.

Bon, passons sur le fait que d’ici 30 ans, nous ne savons pas quand et comment les plaques tectoniques s’embras(s)eront à nouveau, ni la date de l’éruption probable du Fujisan (la dernière date de 1707, ça, on le sait).

Mais je me pose une petite question idiote néanmoins. Une fois éteintes, combien de temps faudra-t-il pour les démanteler ces poubelles nucléaires ? Et passons sur le temps qu’il faudra pour rendre leurs déchets inactifs. Non, restons dans l’optimisme.

Pour celle de Fukushima, on nous a déjà « annoncé » qu’il faudrait au moins 30 ans pour la rendre très vaguement inoffensive, et sachant qu’il y a 54 réacteurs nucléaires au Japon – à peine moins qu’en France où l’on en compte 58. Si j’embauche un mathématicien prévisionniste, pensez-vous qu’il parviendra à calculer les probabilités de catastrophes d’ici ce temps indéterminé ? Et si j’embauche Nostradamus, y parviendra-t-il ?

Faisons donc un petit calcul rétrospectif. 1945, explosion des bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. Six ans à peine plus tard, en 1951, mise en service de la première centrale nucléaire expérimentale aux Etats-Unis. Moins de trois ans après, 1954, raccordement en URSS de la première centrale au réseau électrique. 1956 mise en service des centrale de Marcoule en France et de Sellafield au Royaume-Uni… Aujourd’hui, plus de 400 réacteurs fonctionnent dans le monde…

Et à peine 42 ans après Hiroshima et Nagasaki, boom ! Première catastrophe nucléaire dont on parle vraiment, Tchernobyl (il y en a eu d’autres avant, dont Three Mile Island en 1979 aux USA, mais quasi silence radio à l’époque).

Bref, à peine une petite quarantaine d’années entre le boom et le boom.

Bon, à l’époque de Tchernobyl, on a dit que c’était la faute des Soviets. Sont pourries les centrales nucléaires des soviets. Tiens, les Alpes arrêtent leurs nuages radioactifs qui n’arrivent même pas jusqu’en France. Bien oui, il fallait être optimistes. Quant à Three Mile Island et aux autres « incidents », les centrales n’étant pas soviet, on n’en parle pas.

Mais lorsqu’en 2011 une centrale nucléaire pète au Japon, difficile de dire qu’elle est soviétique et de faire l’autruche (il n’y a pas d’autruches au Japon, enfin je crois). Bien non, elle est tout ce qu’il y a des bienfaits du capitalisme, la centrale nippone.

Ouais, qu’elle soit soviet ou capitaliste, une centrale nucléaire est toujours une poubelle !

Comme tu dis ! Mais j’en reviens à mon petit rétrospectif. 1945 – 2011, il aura fallu une soixantaine d’années, pour que le Japon réalise qu’une bombe atomique, qu’elle soit lâchée d’un aéroplane ou qu’elle explose dans une centrale nucléaire, c’est toujours une bombe atomique.

Si vous y ajoutez les 30 ans (estimés) qu’il faudra pour les éteindre, et le temps (inestimable) qu’il faudra pour les rendre inoffensives… Et si vous y ajoutez que la plupart des pays du monde n’ont pas compris la leçon…

Ben quoi ! Tu veux dire que l’humanoïde est vraiment stupide ! Ben dis-le alors !

Non, c’est toi qui l’a dit en premier.

Dis Tonton, je viens de lire que Nounours 1er, il avait fait un grand pas pour l’homme, et un petit pas pour l’humanité, il a annoncé que la centrale de Fessenheim serait fermée fin 2016. 

Et tu crois que ça fait la révolution !

 …
Publicités
Posted in: Merdialisation ?