Vous tricherez bien avec moi

Posted on 4 octobre 2012

1


Le sport, ce n’est pas mon truc, surtout lorsqu’il ne fonctionne qu’à coup de fric, et donc de triques. Lorsqu’il y a du pognon à se faire, et pas n’importe quelle somme, quoi d’étonnant à ce qu’un sportif se dope pour en gagner le maximum. C’est son problème, et en soi, je n’en ai rien à secouer. 

De même, lorsqu’il y a des paris en jeu avec des sommes colossales au bout, quoi d’étonnant à ce que certains trichent, rien à secouer idem.

D’ailleurs, lorsque l’on voit le pognon qu’engrange la Française des jeux ou autres organismes de paris, lotos, poker, et je ne sais quoi encore… on peut se demander qui est le premier tricheur dans l’histoire. On vous fait miroiter que vous allez gagner un, dix, cent… millions, et allez hop, un, dix, cent… millions de clampins se ruent pour acheter le billet perdant.

La seule chose qui me fasse enrager, c’est de voir le nombre de gens pauvres (ou de pauvres gens, si vous préférez) qui, trompés par ces jeux d’ombres, font la queue au bistro et claquent un pognon monstrueux… uniquement pour perdre !

Du cirque et du pain, disait Machinchosus. Aujourd’hui, le cirque, même sans pain, cela marche tout seul.

La tricherie sur les paris sportifs, ça fait donc la Une de toute la presse depuis quelques jours. 

Ah que ! Je sais bien que comparaison n’est pas raison, mais cela n’est pas nouveau. Je ne parlerai pas d’un certain Bernard adepte des tapis volants, mais il me semble que du temps de Chosemachinus, certains gladiateurs devaient user de tricheries et de subterfuges pour échapper aux griffes du lion.

Par contre, dans nos arènes actuelles, le taureau, lui, ne sait pas utiliser la tricherie pour éviter de se faire couper les couilles, les oreilles, et de se faire réduire en pâté sanglant devant une masse d’ahuris beuglants.

Et le pauvre qui se rue au tabac pour acheter son ticket de loterie, lui non plus n’utilise pas la tricherie, alors qu’on le trompe ouvertement.

La tricherie, donc, parlons-en !

T’est sûr ? Qu’elle demande ma chatte. Tu va devoir remonter au moins à Neandertal Primus.

T’inquiètes, je n’irai pas si loin. Il suffit de regarder comment notre gouvernement, élu pour faire une politique de gauche, fait la même politique que la droite…

Et t’as tout pigé.

Oui. Je viens de lire la tribune des 100 économistes contre le traité budgétaire européen que l’on veut nous faire avaler. Et en version complète, telle que la publie L’Huma, paraît que celle parue dans Le Monde était tronquée.

Trichée, tu veux dire ?

Je n’en sais rien, et je m’en fiche.

Bon, ils sont contre ce traité, les 100. Moi, les économistes, pour les avoir fréquentés sur les bancs de classes et qu’ils tentent de m’apprendre à réinterpréter Marx au regard de Keynes, j’ai déjà dit ce que j’en pensais. C’est comme les météorologistes ou les astrologues, ils ont le droit de te raconter n’importe naouak, on ne les virera pas.

Bref, étant moi aussi contre cette Europe du fric, je lis quand même. Et je résume brièvement parce que c’est aussi chiant qu’un traité d’astrologie. En gros, François Hollande, après avoir dit non à ce traité, dit aujourd’hui oui, et commet ainsi « une erreur tragique ». Certes… et cui-cui les petits zoziaux.

Ils ne parlent pas de tricherie ?

Bien non, même pas de tromperie, et encore moins de supercherie.

Bon, passons sur le fait que depuis leur arrivée au pouvoir, nos socialistes, etc, etc… Je l’ai déjà dit. Et je le pensais si fort avant que je ne me suis même pas usé les semelles pour aller voter.

 

La tricherie donc ! C’est simple, avec le gourdin et le coup de pied au cul, c’est ce qui a permis au premier bipède de descendre de son arbre et de prendre le pouvoir sur les autres.

Je résume l’histoire. En fait, il s’est tout simplement cassé la gueule de son arbre, le con, mais pour ne pas passer pour un imbécile, il a fait croire aux autres qu’il avait inventé la descente en rappel. Du coup, un second l’a imité, et hop, il s’est vautré, et pour bien montrer que c’était lui le premier il lui a balancé un coup de pied au cul. Un troisième a fait la même chose, boum badaboum, mais il a entrainé une branche dans sa chute, et toujours pour la même raison, le premier lui en a foutu un coup sur la tronche. Les autres ayant compris la leçon, ils sont restés bien sages, et…

Si j’ai bien pigé, c’est toujours comme cela que ça fonctionne.

En effet, sauf que c’est devenu de plus en plus pire (ouais, j’aime bien), et de plus en plus abstrait à mesure que le bipède inventait les allumettes et les bougies qui vont avec, la voiture, l’aéroplane ou la fusée.

Plus il est devenu intelligent, le bipède…

Tu crois ?

Plus il a sophistiqué la tricherie. D’abord, il y avait un chef et les autres. Puis il a inventé le sous chef, le sous-sous chef, celui d’en dessous encore, puis le sous-sol et le placard… Si bien qu’aujourd’hui, si l’on sait très bien qui est dans le sous-sol et dans le placard, ils ne savent même plus où est le chef. Et le chef lui-même ne le sait plus…

Mais on continue à le prendre pour un chef.

Ouais, enfin, un truc dans ce genre.

Et qui triche alors, dans ton histoire ?

Bien, c’est toujours ceux qui se prennent ou que l’on prend pour des chefs, parce que ce sont eux qui manient le coup de pied au cul et le gourdin.

Oui, mais je ne vois pas le rapport avec le sport et les paris sportifs.

Si, parce que le bipède n’a pas seulement inventé les allumettes et la fusée, il au aussi inventé le porte-monnaie. Et plus ton porte-monnaie enfle, plus tu as tendance à te prendre pour un chef, même si tu es la dernière des andouilles.

C’est pas sympa pour les andouilles de les comparer à des sportifs.

Désolé, c’est juste parce que les andouilles ne savent pas voler.

Dis Tonton, où c’est que t’as mis l’alambic, il peut servir pour la révolution.

 
Publicités
Posted in: Raz-le-bol