Cul pas quoi ?

Posted on 18 octobre 2012

0


Mince alors, nous n’aurons pas droit au film, « Emmanuelle, le retour ». Bon d’accord, ce n’est pas drôle de plaisanter de la mort des gens, paraît-il. Et puis si, merde, il le faut parfois ! On ne va pas passer sa vie à pleurnicher sur un deuil que l’on ne fera jamais. Et d’ailleurs, qui a inventé cette expression stupide « faire le deuil » ! Encore un curé sans doute.

Tiens, un curé pourrait-il m’expliquer pourquoi lorsque ma soeur est morte, elle avait les yeux bleus, alors qu’elle a toujours eu des yeux marrons ?

Bref, de quoi que je voulais parler ?

Ah oui, du crétinisme imbécile qui se développe de plus en plus et avec lui d’un retour aux « valeurs » (un mot qu’il faudrait bannir du vocabulaire) pré soixantehuitardes, pour ne pas dire du XIXème siècle.

Ma chatte m’a posé une question l’autre jour, « comment fait-on pour ne pas devenir con en vieillissant ? » Et je n’ai pas su y répondre.

Ca me tarabuste depuis une dizaine de jours. Mais mon tarabustage ne sert à rien, je ne trouve toujours pas de réponse. 

Du coup, j’ai cherché l’étymologie du mot « tarabuster » dans mon Larousse, ce qui ne me sert pas à grand’chose, il me dit que c’est un mixage provençal de tabustar qui, chaque provençal le sait, se traduit par « faire du bruit » et de rabasta qui (ils le savent aussi) signifie « querelle ». En gros, si mon mixeur traduit correctement, cela peut vouloir dire soit, qu’une querelle fait du bruit, soit que c’est le bruit qui fait querelle.

Ouais ! Ben c’est pas du tout la même chose. Qu’elle dit ma chatte.

C’est bien ce que je disais, cela ne me sert à rien. mais il faut parfois savoir perdre son temps pour s’instruire. Tiens, compter les moutons, par exemple.

 

Bon, je me suis encore paumé en route. Parlons donc du crétinisme avant de parler des « valeurs » (actuellement régressives).

Crétinisme donc ! Nounours 1er s’est enfin exprimé hier sur la journée du 17 octobre 1961. Je cite « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. 51 ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. »

Ca ne mange pas de pain (et je reste poli), mais c’est mieux que rien. Personnellement, j’aurais parlé de massacre, et directement impliqué la police, son préfet (l’illustre Papon), et au minimum son ministre de tutelle, ou disons-le clairement, la République. Mais la gauche est ce qu’elle est aujourd’hui. Faut y aller doucement.

Tu veut dire « dans le sens du poil ».

Oui. Sauf que même dans le sens du poil, ça grince. 

 

Je ne parlerai même pas de la marine nationale qui, à force d’inepties plus ineptes les unes que les autres, va finir par détrôner son papa au panthéon des (andouilles, euh, pardon, je reste poli) autruches – elle va bientôt nous dire que la guerre d’Algérie n’est qu’un détail de l’histoire…

Quoi, elle ne l’a pas déjà dit ?

Je n’en sais rien, mais elle doit le penser. 

Bon, les Umpistes, qui se sont toujours caractérisés par leur justesse de pensée. Je ne vais pas faire le tour de leurs réactions, j’en prends juste un au hasard. Fiffi, ex (péquenot, pardon) paysan de la Sarthe devenu on ne sait comment premier ministre, puis parachuté député de Paris.

Mais toujours aussi sinistre.

C’est toi qui le dit. 

Fiffi donc, selon lui « on est déjà dans un pays en cas de dépression nerveuse quasi permanente », inutile donc de se culpabiliser et de reconnaître la répression sanglante du 17 octobre 1961.

Cul pas quoi ? Son coiffeur lui a raté sa permanente ? Que ça lui donne une dépression nerveuse ? Dis, tu culpabilises quand tu déprimes toi ? Ou tu déprimes quand tu culpabilises ?

Bien, ni l’un ni l’autre. Et je ne culpabilise ni ne déprime lorsque je sais que l’Etat français a été complice des crimes nazis en collaborant. Ni lorsque je sais que 80% des Français en ont été aussi complices en soutenant Pétain. Ni parce que la République Française a mené cette stupide et abjecte guerre d’Algérie qui a commencé, non en 1954, mais dès le 8 mai 1945 à Sétif, le jour même où le monde fêtait sa victoire contre le nazisme. Ni lorsque l’on reconnaît enfin que la République Française a commis un massacre d’Algériens le 17 octobre 1961.

Je fais un simple constat de faits que (sauf à être idiot ou à se  prendre pour la marine nationale) personne ne peut nier.

Bref, il y a des expressions vraiment stupides. Je parlais de faire son deuil au début, culpabiliser en est une aussi. Il a dû être élevé chez les curés, le Fiffi.

Bon t’as assez causé Tonton ? Les valeurs de la révolution, c’est pour quand ?

Publicités