Sur un air d’autoroute

Posted on 24 octobre 2012

1


Allez savoir pourquoi, parfois, lorsque j’ai envie de méditer, je me pose sur une aire d’autoroute. L’on y découvre parfois des choses étranges, telle cette insanité justement collée dans les chiottes, qui est le seul endroit où elle devrait avoir sa place.

 

Dimanche, je me suis donc posé par hasard au bord de l’autoroute A6 sur l’aire de Curney, un peu après Beaune, ou j’ai découvert un étrange monument que je ne suis pas parvenu à identifier sur le moment.

La mémoire est parfois si courte ! Il s’agit en fait d’un monument « mémorial pour l’avenir ».

 

Le 31 juillet 1982, vers une heure du matin, sur l’autoroute A6 près de Beaune, 3 autocars dont deux transportant des enfants de l’Oise vers une colonie de Vacances en Savoie, ainsi que quelques voitures, ont eu la malencontreuse idée de se rencontrer.

 

Résultat, 53 morts dont 44 enfants âgés de 6 à 15 ans. Il s’agit du plus grave accident routier s’étant produit en France.

Du plus tragique aussi, le réservoir de l’une des voitures accidentées ayant été crevé et s’étant embrasé, il en résultera un gigantesque incendie dans lequel ces 53 personnes mourront brûlées vives. 

44 enfants de l’Oise seront ainsi emprisonnés et brulés dans l’un des autocars et leurs corps ne pourront être identifiés.

Dommage, les roses qui entourent le mémorial sont un peu fanées.

Advertisements
Posted in: Raz-le-bol