Et aussi, le gourdin du scandale…

Posted on 1 novembre 2012

0


ou petit traité de marxisme à deux balles à l’usage des chats, des zoizeux et… (suite, 4)

Bon reprenons le fil, ou tentons de l’enfiler dans le chat* de nos aiguilles de notre autogestion du politique et de la démocratie populaire.

Ca va être dur, va falloir que t’inventes un truc chaque jour.

Même pas ! Tiens, je commençais cette série en disant que nous avions confirmation que, si nous avions la gauche la plus idiote du monde, nous étions certains d’avoir la droite la plus stupide. S’il fallait une confirmation de plus, nous en avons une avec le bras d’honneur d’un certain umpiste, ex figure notoire des mouvements d’extrême droite, reconverti (vous pouvez décomposer le mot) en droitiste sage.

Bref, où en étais-je ? Ah oui, à mon voisin qui est un gros connard de facho et que comment faire avec lui pour lui montrer que l’autogestion politique, ben si, on peut.

T’as dit que tu le foutais dans le placard ou que tu lui marchais (merci georges) sur les pieds.

Oui, mais s’il s’avère que je n’aie que des gros cons de fachos comme voisins. Tiens, si j’habite un bled où mes voisins ont élu nunuche-le-pen ou un avocat co… (non, je ne le dirai pas, je risque le procès).

Mais tu le penses néanmoins.

Euheuh… Traduis comme tu veux !

Bref, en théorie, c’est tout simple l’autogestion du politique par la démocratie directe, il suffit de multiplier les assemblées populaires. Mais en pratique, bas le pot, comme disait ma grand mère.

Non seulement on fait face au monde et à ses 7 milliards d’individus.

Ton neveu t’a dit que l’on verrait cela après le premier cataclysme nucléaire.

Oui, mais on doit aussi faire face à son voisin, et ce n’est pas toujours de la tarte. 

D’abord, dès que vous sortez de votre trou du cul du monde et que vous allez crécher dans une ville moyenne et a fortiori une grande, le plus souvent, sauf à leur dire bonjour-bonsoir dans l’ascenseur, vous ne les connaissez pas, vos voisins. 

Donc, à moins qu’ils ne fassent hurler leur tv dès qu’il y a une interview de la marine nationale, vous ne savez pas s’il s’agit de gros cons de fachos.

Et si je me retrouve face un un gros con de facho de deux mètres et bodybuilder, à lui taper sur l’épaule en lui disant « c’est le bordel, faut que ça change », mes soixante kilos risquent de se retrouver direct en bas de l’escalier et quelques côtes cassées avec.

Dis, y a pas quelqu’un qu’a inventé la boite aux lettres ?

Tiens, c’est vrai, je n’y avais pas pensé. Et il y en a autre qui a inventé l’ordinateur et l’imprimante.

Donc, je ponds un texte, « c’est le bordel, faut que ça change, et pour cela il faut qu’on se tape sur l’épaule… » Et je le glisse dans toutes les boites aux lettres de mon immeuble.

Va falloir que tu développes un peu, que sinon t’auras pas grand monde à ton assemblée.

Oui je sais, mais je ne vais pas résumer mes derniers billets, que ça va vraiment faire redite.

Bon, je ponds un texte chiadé qui explique pourquoi c’est le bordel, qu’il faut que ça change, qu’on se tape sur l’épaule…

Et ton texte passe direct de la boite aux lettres à la poubelle, aussi vite que ceux de l’ump ou des socialisss que tu vires sans même les lire…

Bon, t’arrêtes de me couper l’appétit toutes les deux minutes. Et d’abord, c’est même pas vrai, je les lis. M’enfin, parfois.

Tu dois être le seul alors !

Bon, je sens qu’il faut que j’aille faire une autre pose sur une aire d’autoroute pour méditer sur les boites aux lettres et leurs mécanismes.

Non, tiens, je change de route. Le maire d’Amsterdam (où il n’y a pas de hamsters, oh damned, enfin je crois) vient de dire que les coffee shops resteront ouverts au touristes. Allez hop, un petit pétard vite fait avant de continuer.

Dis Tonton, tu ne veux pas emmener quelques umpistes avec toi, et quelques socialisss aussi.

Bref, un second pétard, s’you plaît, parce que pour le moment, je sens que mon autogestion poilitique est aussi empruntée qu’un vase en porcelaine qui se retrouve au milieu d’un troupeau d’éléphants, et se demande quoi qu’il va faire pour s’en sortir.

L’a qu’a se métamorphoser en souris.

Bon, il paraît que c’est la fête de tous les saints aujourd’hui. Mais le Saint Glin-Glin, je ne sais toujours pas s’il a existé, ni même s’il ne s’agissait pas d’une sainte.

Et la suite au prochain épisode. M’enfin, peut-être.

* Ben oui, et alors !

Publicités
Tagué: