Le scandale de la copule

Posted on 4 novembre 2012

0


ou petit traité de marxisme à deux balles à l’usage des chats, des zoizeux et… (suite, 5)

« Une copule est une fonction mathématique permettant de décrire la corrélation entre plusieurs variables aléatoires. » 

Je tire cette phrase d’un article de Michel de Pracontal sur les folles pratiques de la finance paru dans Sciences et avenir

Article auquel je n’ai strictement rien compris, sauf qu’il existe des Quants, c’est un nouveau nom pour parler de boursicoteurs, qui jouent avec le pognon des autres pour gagner le leur – même lorsque ce pognon n’existe pas – en se basant sur des modèles mathématiques totalement inadéquats. 

En gros, ils se servent d’une mathématique fondée sur des « hasards sages » alors que ceux de la finance sont des « hasards sauvages », ce qui permet à ces Quants de créer des tortues Ninja qui, comme chaque tortue le sait, sont des prêts accordés à des gens sans revenu, sans travail et sans capital (ou en ricain avec No income, no job et no assets).

Et il paraît que les agences de notation, oui, les machins qui font frémir le monde depuis quelques années, se basent sur les mêmes calculs ineptes, d’où leur totale inefficacité.

 

Apparemment, tous ceux qui ont quelques bases de mathématiques plus solides que les miennes le savent. Sauf, évidemment les Quants et les agences de notations.

Bon, si cela vous donne envie de copuler…

Si j’ai bien compris, il n’y a pas que le politique qu’il va falloir autogérer. Qu’elle dit ma chatte.

Non, mais nos politiques doivent fonctionner comme ces Quants et mélanger les hasards sages et les oies sauvages.

Ouais, moi j’ai lu Kant, mais je n’ai jamais compris la différence entre un noumène et un phénomène. 

Eux non plus, et ne demande surtout pas à un Quant de t’expliquer, il serait capable de t’embrouiller encore plus.

Et pou terminer ce weekend, je vous laisse avec un extrait d’Autogestion et hiérarchie de Cornelius Castoriadis,

« Aucun critère « scientifique » ne permet à qui que ce soit de décider qu’il est préférable pour la société d’avoir l’année prochaine plus de loisirs plutôt que plus de consommation ou l’inverse, une croissance plus rapide ou moins rapide, etc. Celui qui dit que de tels critères existent est un ignorant ou un imposteur. Le seul critère qui dans ces domaines a un sens, c’est ce que les hommes et les femmes formant la société veulent, et cela, eux seuls peuvent le décider et personne à leur place. »

Publicités