Spectromètre de quoi ? Quoi ?

Posted on 8 décembre 2012

0


lgjmp72

Un spectromètre à rayons X de particules Alpha monté sur un bras motorisé, il y a de quoi nous faire rêver, non ? Et qui étudie par curiosity les éruptions volcaniques de Mars, non plus ?

Bon, les éruptions de gaz à effet de serre, pas besoin de spectromètre à rayons machin pour les étudier sur notre jolie planète bleue. Il suffit de réunir quelques milliers de spécialistes et autres causeurs et beaux parleurs dans les hôtels les plus luxueux de Doha, pour une conférence sur le changement climatique. Et hop, vous apprenez qu’il y a sur terre 13 milliards de tonnes d’équivalent carbone en surplus, dont le bipède ne sait que faire.

Mais les tonnes d’équivalent carbone dont on ne sait que foutre, il ne faut pas les confondre avec des tonnes de carbone (ni avec le mot de Cambronne). Non ce sont des quotas carbone échangeables sur le marché. Autrement dit, des petits bouts de papier qui permettent à nos pollueurs de polluer impunément.

Ben oui, si tu brûles du papier, il en sort du carbone. Qu’elle dit ma chatte. Mais pas si tu l’échanges.

Tu crois ? Qu’il dit mon neveu, toujours un peu sceptique.

72jmpepouvantail_0375 

Bref, je résume. En 1997 à Kyoto, les pollueurs du monde s’étaient mis d’accord sur un protocole pour un peu moins polluer la planète. En gros, il suffisait de transformer le carbone en quotas de carbone que l’on pouvait s’échanger de telle sorte que tout un chacun pouvait continuer à polluer, ni vu, ni connu.

Sauf que déjà, certains ne l’ont pas ratifié ce proto-truc, et que d’autres l’ayant pourtant signé s’en sont complètement battus la nuque, de telle sorte que…

Ouais, tout le monde a continué de polluer.

En effet ! Et comme dans tout protocole qui se respecte, il faut poser une date de péremption, c’est simple, nous y voilà arrivé à la date boutoir.

Entre temps, on a continué à organiser des conférences sur le climat – il faut bien les nourrir, les climato-spécialistes – et celle de Doha qui s’achève au Qatar n’est jamais que la 18ème.

Vous me direz qu’il fallait être un peu nunuche, non seulement pour organiser une conférence sur le réchauffement climatique au Qatar qui est l’un des plus gros producteurs de pétrole au monde, mais aussi, l’un des plus gros pollueurs par tête de pipe ; mais encore pour imaginer qu’elle allait aboutir à une solution.

Ouais, tu l’as déjà dit. Et alors…

Bien oui ! Et alors, Zorro n’est évidemment pas arrivé.

En 2011, la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (qu’est-ce qu’elle a ma gueule) ayant atteint un niveau record ; en 2012, on fera sans doute un peu mieux. Et en 2013, date à laquelle le protocole de Kyoto sera péremptionné, on pourra inscrire à nouveau la pollution au Guiness des records.

Et…

Et Zorro ne sera pas près d’arriver. Quant au spectromètre à rayons-bidules, il pourra continuer à explorer Mars.

Dis Tonton, t’aurais pas oublié un truc ? C’est pour quand la révolution ?

Publicités
Posted in: Merdialisation ?