Une histoire de noeuds…

Posted on 10 décembre 2012

1


lgjmp72

ou (encore) petit traité de marxisme à deux balles à l’usage des chats des zoizeux et… tiens pourquoi pas des ficelles aussi (intermède 5)

Je parlais hier de certaines expressions à la mord-moi la moquette que l’on a coutume d’employer, parfois sans en connaître le sens. Tiens « à la mord-moi le noeud », par exemple, c’est totalement crétin, et cela fait mal au noeud, ou aux dents, tout dépend du noeud que vous mordez.

Ouais, mais mordre la moquette, c’est dégueulasse. Qu’elle dit ma chatte. Je préfère mordre la queue du chien et griffer la moquette, ou les vieux pullovers moches que tu te rajoutes en couches sur le dos en ce moment, tellement que t’as froid.

On ne te demande pas ton avis, nan mais ! Et d’abord, ils ne sont pas moches mes pullovers. Et puis on s’en fiche, ce n’est pas le sujet.

Quoi, tu vas nous parler du retour de Berlusconi en Italie ? Des comptes en Suisse de certains socialisss ? Des acteurs alcooliques qui s’exilent en Belgique pour échapper au fisc ? De la pauvreté dont on fait des assises pour mieux s’asseoir dessus ? De la déroute climatique que nos dirigeants s’en fichent comme de l’an 14 ? De la fin du monde qui arrive le 21 décembre ? Du 22 décembre où il faudra quand même se lever pour aller bosser…

Non, rien à secouer aujourd’hui. Je voudrais parler de la théorie des noeuds (à ne pas confondre avec la théorie des cordes à laquelle je ne comprends rien).

Personnellement, je ne suis pas très pote avec les noeuds. Il me faut une demi-plombe pour en faire un, en forme de bouclette à mes chaussures, et je ne vous dis pas lorsque je dois le faire en double, j’ai besoin impérativement de la calculette.

Mais en mathématiques, la théorie des noeuds consiste en l’étude de bouts de ficelles idéalisés. Et tout l’intérêt des noeuds des mathématiciens est que, contrairement à nos noeuds usuels faits avec des bouts de ficelles non idéalisés qui ont deux bouts – un de chaque côté -, ils sont des noeuds fermés, c’est à dire faits avec des bouts de ficelles sans bout aux bouts. Ce qui explique pourquoi les mathématiciens ont toujours des pompes bien lacées.

Voir le dessin, si vous ne pigez pas.

72jmpnoeuds 

Si j’ai bien compris, le noeud du mathématicien n’a pas de tête de noeud puisque la ficelle dont il est fait n’a pas de bout. Mais comment que tu mets la ficelle sans tête dans tes chaussures ?

Je ne sais pas ! Essaye de la mettre en double, ou demande à un mathématicien. Et d’ailleurs, la ficelle usuelle dont nous nous servons pour lacer nos godasses ayant deux bouts, l’expression tête de noeud que nous utilisons régulièrement pour qualifier certains individus est totalement inadéquate. L’on devrait plutôt parler de têtes de noeuds.

Dis Tonton, je crois que je préfère tes haïkus à la con.

 

Advertisements