Se la carrer dans le train…

Posted on 5 janvier 2013

0


lgjmp72

J’aime bien cette expression, mais j’y reviendrai…

Que peuvent donc avoir de commun les écrivains Marcel Camus, Marcel Aymé, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Aragon, Jacques Prévert, Georges Bernanos, Aimé Césaire, Bernard Clavel, Guy de Maupassant, Georges Sand, les peintres Claude Monet, Gustave Courbet, Honoré Daumier, les compositeurs Hector Berlioz, Maurice Ravel, les politiciens Philippe Seguin (de droite), Jack Ralite (de gauche), le syndicaliste Edmond Maire, le philosophe Jacques Bouveresse, les chanteurs et poètes Georges Brassens, Léo Ferré, l’acteur et humoriste Bourvil, les actrices Catherine Deneuve, Claudia Cardinale, Brigitte Bardot, la chanteuse Mylène Farmer, la madame Miss France Geneviève de Fontenay, les prix Nobel de physique Pierre et Marie Curie, le médecin humanitaire Anne-Marie Gouvet, la chercheuse spécialiste des cancers professionnels Annie Thiebaud-Mony, ou tout récemment le dessinateur de bandes dessinées Tardy… ?

Le fait d’avoir été « libertaire total » dont se réclame Tardy ? Ce ne fut sans doute pas le cas de l’honorable politicien gaulliste Philippe Seguin, et moins encore de Brigitte Bardot.

Non, leur seul point commun est simplement le fait d’avoir refusé cet insigne, pour certains pourtant très signifiant, pour moi totalement idiot et insignifiant, qu’est la légion d’honneur.

Et pendant ce temps, Gégé Depardieu, qui fut légionnarisé des honneurs par Tonton Mitterrand, a le choix entre s’exiler fiscalement au plat pays des Belges, ou au pays des Soviets. Fume Gégé, fume un joint, t’auras l’air moins con – comme disait la maman de Renaud.

Bon, on s’en fiche de Gégé Deparpoutine ! Qu’il l’adopte, le pas dictateur et très démocrate chef suprême des poupée Russes – et qu’il adopte son pote Filou 1er par la même occasion. Bon débarras ! D’ailleurs, s’il pouvait en adopter d’autres, je suis prêt à lui faire une liste. Il y a de la place en Sibérie, et cela va nous faire une peu de ménage. Tiens, tous les légiond’honneurisés, qu’il les adopte pour commencer.

72jmpjanv2013_2181

Bref, ça y est, les fêtes sont terminées, et les sapins pleurent leurs épines sur les trottoirs. 

Avez-vous déjà entendu un sapin pleurer ses épines sur un trottoir mouillé, par une nuit d’hiver ? Il hurle à la mort. 

Pire qu’un clébard que l’on égorge ou qu’on laisse enfermé dans un placard, pour qu’il se tienne tranquille la nuit de Noël. Pire qu’un Gégé bravachant (une nouvelle traduction de bramer comme un âne qui braie) qu’on va lui piquer son fric et qu’il se casse un mois sur deux en Belgique et l’autre chez les Soviets. Pire qu’une chanson de Carla Bruni Sarkozy – quoi que… 

Pire qu’une querelle entre Coco et Fifi. Pire qu’un discours lénifiant (à ne pas mettre en majuscule) d’un certain nôtre Président que personne n’ira plus voter pour lui dans quatre ans, sauf sa femme et son chien – celui qu’il a foutu dans le placard la nuit de Noël, et qui vote comme certains Corses, mêmes morts.

Bref et re bref ! Cette année achevée fut pire que pire. Nous avons remplacé Filou 1er par Nounours 1er et nous avons eu droit à Valls à la place de Guéant. Génial, non ?  Et je vous passe sur le reste que sinon je vais finir par être mou de la gauche, tout autant que je suis dur de l’oreille droite.

Quant à la nouvelle année, on nous la prédit déjà pire que pire que plus pire. C’est tout dire. Tous les Gégés de France et de Navarre vont se casser en Sibérie lorsqu’il fera trop moche chez les Belges, ou trop froid pour se noyer dans le lac Léman. Vous vous rendez compte, madame, pôv France ! 

Même Brigitte Bardot demande la nationalité soviétique, mais elle, ce n’est pas pour cause de fric et de fisc, paraît-il, c’est pour cause de torture d’éléphants. D’ici à ce que la marine nationale demande aussi la nationalité soviet pour cause de prières dans les rues, et l’évêque de Lyon pour cause de mariage homo… Où allons-nous ma pôv dame.

Ce sont des crétins finis, il a dit Cohn-Bendit. Qu’elle explique ma chatte.

En effet, je suis rarement d’accord avec Dany l’ex-rouge, mais il trouve parfois le bon thon, dans ses expressions poissonnières.

72jmpjanv2013_2182

Bon revenons à cette légion des honneurs. 

Parmi les légionnaires outre le Gégé soviétique, on trouve un autre éminent soviet du nom de Vladimir Poutine. Comme quoi, qui se rencontrent s’assemblent.

Et comme le disait Marcel Aymé, ils peuvent « se la carrer dans le train » leur légion des honneurs. Dans le train postal vers la Russie, où dans l’arrière train, c’est selon.

Mais au fait, pourquoi dit-on d’un train qu’il est un train ? Parce qu’il est en train ? En arrière train ? Et l’avant du train, ça se dit comment ?

Non, c’est pas ce que tu penses, on dit une locomotive.

Ah ! Je croyais que c’était un hochet. Même que Bonaparte, avant de devenir Poléon 1er, c’est ainsi qu’il a qualifié la légion d’honneur lorsqu’il l’a instituée. « C’est avec des hochets que l’on mène les hommes », qu’il a dit. 

Et c’est avec des hochets que l’on mène les trains ?

On mène bien les ânes avec une carotte ! Mais cela ne résout en rien mon histoire de trains, et pourquoi qu’on appelle un train, un train ?

Bon, le mot train, il viendrait du verbe trainer, comme le traineau. Sauf que si le train traine, le traineau, lui, est plutôt trainé.

On s’en fiche, et d’ailleurs si tu accroches le traineau au train, c’est le train qui traine le traineau, sauf que si le train traine un peu trop, le traineau n’arrivera pas à l’heure. Et toi, tu traineras à la gare en attendant le prochain train prévu pour les étrennes.

Ah non ! On a dit que c’était fini les fêtes, jusqu’à l’an prochain, raz le bol des étrennes et des sapins qui pleurent dans les rues mouillées.

Et que les trains pour la Sibérie soient à l’heure. Qu’il dit mon neveu.

Advertisements
Posted in: Merdialisation ?