Histoires désertes

Posted on 23 janvier 2013

0


lgjmp72

Je ne sais pas pourquoi, mais je suis tout plein d’histoires de désert, en ce moment. 

Il y en a une avec un petit bonhomme venu d’une autre planète -toute petite, elle aussi – qui rencontre un homme en train de bricoler une étrange machine et à qui il demande de dessiner un mouton dans une boite, pour que le mouton ne mange pas sa rose.

Une autre dans laquelle un odieux (oh rage, oh désespoir) personnage s’échine à construire un chemin de fer dans le désert, ce qui a le don d’exaspérer tout le monde, sauf, évidemment, les actionnaires du monde capitalisant.

72jmptim_1230

Une autre encore où des ploucs armés de mitrailleuses, de tanks, et de tout autre engins à semer la mort vont s’amuser à fabriquer des morts, précisément, rien que pour faire joujou.

Encore une autre où des politicards ne trouvent rien d’autre à faire que d’aller coloniser tous les déserts du monde…

Et qu’ils y restent. Qu’elle dit ma chatte.

72jmptim_1250

Une autre (oui, je sais, mais on fait ce que l’on peut) en laquelle des mecs vêtus de robes toutes blanches s’amusent à regarder les yeux de jolies femmes vêtues de noir avec un petit grillage qui leur masque les yeux, justement, histoire de faire plus joli et qu’il faille du temps pour contempler leur regard – autrement ce n’est plus du jeu.

Bon, y’en a plein. Tiens, celle où les mêmes mecs vêtus tout de blanc s’amusent à construire des tours que même celle de Babel elle ne rivalise pas avec – et je ne vous cause pas de la tour Eiffel qui a l’air toute ridicule à côté.

Et je ne vous raconte pas celle d’un certain désert qui vous transforme en steak tartare trop cuit, en lequel un militaire devient sénile à force d’attendre des ennemis qui n’arrivent pas, et qui se retrouve tout cuit-cuit le jour où ils se pointent enfin.

Ouais, mais pourquoi que tu nous racontes tes histoires de désert ?

72jmptim_1309

Va savoir ! Mais il y a le désert que l’on aime à cause de son immensité, et de cette sensation qu’il vous procure d’être à la fois minuscule et gigantesque. Mais il y a aussi le désert que l’on déteste à cause des sales traces de chaussures à clous qu’y laissent les militaires et tout un tas d’autres barbares qui se prétendent maîtres du monde. 

Il y a le désert de la paix, tout comme il y a celui pollué par l’homme, ses pétroleries servant à alimenter ses tanks et son inaltérable ineptie.

Bref, il y a le désert que j’aime et celui que l’on souille.

72jmptaghit_1056

Bon, pourquoi que je cause de désert ! Tout simplement parce qu’un fait m’étonne. La stupide guerre déclenché au Mali par nos politiciens est commentée chaque jour dans toute la presse avec force détails. On va même jusqu’à s’insurger de voir la photo d’un soldat portant un masque en tête de mort – comme si l’on demandait à un soldat d’avoir l’once d’un jugement (et je ne parle même pas de lueur d’intelligence).

Mais l’on n’entend pratiquement pas de voix crier « merde, quelle connerie la guerre, et s’il y avait une échelle de mesure des guerres connes, celle-ci serait au top niveau ! »

Mais peut-être ai-je oublié une histoire de désert, celle du désert de la pensée.

72jmptim_1788 

Avec la complicité du Petit Prince de Saint-Exupery, de l’Automne à Pekin de Boris Vian, du Désert des Tartares de Dino Buzzati, et celle fortuite de quelques andouilles guerrières…

Publicités