Histoire sans fin (suite inversée)

Posted on 22 février 2013

0


lgjmp72

Une fourmi, avec tout un fatras d’objets sur le dos, croise une cigale tripatouillant un objet non identifiable par la gente fourmilière. Qui plus est, la bestiole sifflante est affublée de voyants oripeaux qui font penser à l’avant royalisme.

Quoi que ? Tu vas nous foutre Benoît XVI roi des gaules ? Qu’elle demande ma chatte mal réveillée.

Mais non rassure-toi, le pape abdique, paraît que non seulement il est sénile, mais qu’il y aurait trop de pédés au vatican. Et pour le roi des gaules, je ne sais toujours pas qui sera le meilleur pustulant.

Bref, se trouvant face à cette drôle de bestiole et son étrange engin, la fourmi – curieuse comme elles le sont toutes – lui demande, « C’est quoi que tu fais avec ton machin, la bête ? Et d’abord, c’est quoi ce machin ? »

Ce à quoi la cigale, bienveillante, répond, « Le machin est une guitare que j’accorde, et elle me sert à donner un peu de poésie à ce monde. »

« Et c’est quoi que la poésie ? » Qu’elle demande encore la fourmi.

« D’abord, tu me dis qui tu es, je te dis qui je suis, et nous verrons ensuite pour la poésie. »

« Ben moi, je suis fourmi. » Qu’elle dit la fourmi, toujours laconique.

« Et moi, je suis cigale. Mais à ce rythme, on est mal barrés pour la poésie. »

« Bon d’accord, mais c’est normal, tu ne m’as toujours pas dit ce que c’était que la poésie. »

« C’est simple, je t’explique. C’est quoi tout le bordel que tu portes sur ton dos, et à quoi cela sert ? »

« Ben, c’est des briques pour construire le palais de ma reine ! »

« Et tu n’as toujours pas compris que si tu poses tes briques où tu veux, et que tu te construis un château avec, ta reine, soit elle se le construit elle-même, son château, soit elle se gèlera les miches tout l’hiver alors que toi, tu seras bien au chaud. »

« Euheuh ? » Qu’elle dit la fourmi sceptique – et il faut la comprendre, elle en était à construire la fosse du château.

« Euheuh ? Ce n’est pas une réponse », qu’elle dit la cigale. « Alors, moi, je préfère chanter, toi, tu te débrouilles avec tes châteaux, et pour la poésie, on verra ça une autre fois ! »

Dis le neveu, tu crois pas qu’il déconne, le tonton, ou l’a zappé pour la révolution ?

Ben non, je crois qu’il nous fait dans la pouésie pessimiste de bazar, tant qu’il n’y croit plus à la révolution. Dis Tonton, va falloir te secouer un peu, non !

Et comme la cigale est désespérée de voir le scepticisme hirsute de la fourmi, elle s’en va voir l’araignée. Mais c’est une autre histoire que je vous raconterai demain, peut-être. Mais en attendant, un  petite pause poublicitaire.

72Buvard-Cigale-fourmi_10

Advertisements