Histoire sans fin (et oui, encore !)

Posted on 3 mars 2013

0


lgjmp72

En dépit de son apparence, somme toute, assez austère, la cigale est un animal curieux.

« M’en suis allée voir la fourmi qui passe son temps à construire et construire encore le palais de sa reine. M’en suis allée rencontrer l’araignée qui passe sa vie à tisser des toiles. Rien à tirer de ces bestioles qui ne pensent pas plus loin que le bout de leurs pattes. Si je m’en allais rencontrer le lion que l’on nomme le roi des bestioles, peut-être m’en dirait-il un peu plus sur le sens de la vie ! » Qu’elle se dit la cigale.

Mouais ! Et les chattes alors ! Qu’elle me dit ma chatte.

On verra ça dans une autre histoire.

« Caminante no hay camino, se hace el camino al andar. » Se disait donc la cigale, cultivée, qui avait lu Antonio Machado, « celui qui chemine n’a pas de chemin, le chemin se fait en marchant. » Qu’elle traduisait en prose couramment lue par les français.

Et c’est quoi que ce charabia ?

Rien ! C’est juste de la poésie. La cigale te le racontera lorsqu’elle te rencontrera.

Bref, marchant à la recherche du chemin, la bestiole sifflante s’en fut par les bois et savanes à la rencontre du roi des bestiaux nommé lion.

72jmpimgnov2012_2098

Elle le trouva ronflant à l’ombre d’un baobab persan – espèce en voie de disparition – et lui dit, « Quoi que tu fais sous l’arbre qui va bientôt disparaître, roi des bêtes ? »

De fait, l’arbre disparut bel et bien, et le lion se réveilla en sursaut.

« Quoi ! Euheuh ! Moi ? Je surveille mon troupeau. » Qu’il répond le lion.

« Et tu le surveilles en ronflant ? » Qu’elle lui demande la bestiole curieuse.

« D’abord, je ne dors que d’un oeil ! Et puis je suis le roi des zanimaux, je fais comme je veux ! Nan mais ! Et toi, la bestiole stridente, tu cesses de me casser les zoreilles, que sinon je te bouffe toute crue comme un noeuf ! »

« Dis, t’as quoi à parler comme un plouc, le roi ? T’es pas réveillé ? Et pendant que tu dors, je vois bien que c’est ta lionne qui surveille son troupeau et qui va à la chasse pour faire bouffer toute la smala ! Toi, t’es rien qu’un zonard ! » Et qu’elle se casse fissa fissa, la cigale, avant que de se faire becqueter par le lion…

Ouais ! Et c’est quoi la morale de ton histoire ?

Ben, il n’y en a pas ! Enfin si, que le chemin est encore long à suivre avant d’en apprendre le cheminement. C’est du moins ce que se dit la cigale en allant à la rencontre de l’éléphant que l’on dit roi de la sagesse. Mais c’est encore pour une autre histoire…

Dis Tonton, les rois, on ne leur coupe pas la tête pendant la révolution !

Si, mais va savoir pourquoi on en oublie toujours quelques uns, et va comprendre aussi pourquoi ceux que l’on guillotine, on les remplace par d’autres sbires, qui ne sont pas roi, mais qui ronflent tout autant…

Publicités