Histoire sans fin (oui, mais…)

Posted on 12 mars 2013

0


lgjmp72

Avant sa première rencontre infructueuse avec l’oliphant, maître de la sagesse ronflante, et dans ses multiples pérégrinations à la recherche du sens du chemin, la cigale avait croisé le renard. Ou disons-le plus exactement, elle avait croisé un jeune renardeau qui, par pur esprit de subversion, s’était écarté du troupeau renardesque.

« Salut bestiole ! » Qu’il lui dit, le titi renard, « Comme tu t’appelles et c’est quoi que tu fais, perdue à la croisée des chemins. »

« Enfin un être civilisé qui me demande d’abord mon nom avant de me demander ce que je fais dans la vie ! » Qu’elle se dit la cigale, et de lui répondre, « Je suis la cigale, et je suis à la recherche de la sagesse de l’éléphant pour qu’il m’apprenne le chemin à suivre et en quel sens le prendre. Et toi, comment tu t’appelles ? »

« Je m’appelle renardeau. » Qu’il lui dit. « Mais pour l’éléphant, méfie-toi, il paraît que cela trompe énormément. »

Mouais ! Bon ! T’as l’imagination qui dix vagues ? Qu’elle demande ma chatte.

Je sais, elle est nulle cette vanne, mais il fallait que je la sorte.

Bref ! Tout le monde le sait, le renard – et plus encore le renardeau rebelle – est une bêbête réputée pour ses ruses et ses roublardises en tout genre.

Sauf que notre cigale, contrairement à celle qui se pèle le jonc tout l’hiver auprès de la fontaine, n’est pas née de la dernière pluie, 

« Dis, t’es sûr que c’est l’éléphant qui trompe, et pas plutôt le renardeau ? Mais toi qui est bien connu pour tes roublardises, tu ne peux pas m’expliquer comment secouer l’arbre de la sagesse et que je sache quel chemin prendre pour qu’il prenne enfin sens ? »

« C’est simple. » Qu’il répond titi renard. « Si tu reviens en arrière, tu risques de te faire bouffer par le lion, qui est aussi con que la fourmi et l’araignée. Si tu prends à droite, tu vas droit vers le précipice de droite. Si tu prends à gauche, tu vas vers le même genre de précipice, mais de gauche. Si tu files droit devant, je ne sais pas où tu vas, mais tu y vas ! » 

72jmpcigale« Avec ça, je suis aussi avancée que lorsque l’éléphant me dit qu’aucune sagesse n’est infinie ! » Qu’elle dit la bestiole sifflante, « Et si je fais du surplace, que se passe-t-il ? »

« Ben, tu risques de te geler les burnes quand la bise reviendra ! »

« J’ai pas de burnes, tu oublies que je suis une cigale fille. »

« On s’en fiche, tu te gèleras quand même. »

Ouais, et la morale de ton histoire ? C’est quoi ? Qu’elle demande ma chatte.

Bien il n’y en a toujours pas. En tout cas, on ne la trouvera pas dans l’élection d’un nouveau pape. On s’en fiche ! Ni dans le fait que Nounours 1er et sa copine aillent faire du shopping en province.

On s’en fout aussi.

Ah si, je sais. Il paraît que près de 3000 singes sont kidnappés chaque année dans le monde. Allez donc savoir pourquoi qu’ils kidnappent leurs cousin, les zhumanoïdes ! Et lorsque l’on sait que pour piquer un signe, il faut généralement en tuer au moins dix, on comprend nettement mieux pourquoi le nombre des grands singes, est passé d’un million dans les années 1960 à 200.000 aujourd’hui. Sont aussi corniauds que leurs papes et leurs présidents, les zhumanoïdes !

Et sur cette morale tragique, la cigale, qui n’avait aucunement l’intention de se les geler tout l’hiver, s’en fut rencontrer l’hippocampe. Mais d’abord, il lui faudra apprendre à nager en eaux troubles, et ce sera pour une autre histoire.

Dis Tonton, t’as encore oublié pour la révolution !

Publicités