De l’insensible non sens du sens (suite de l’histoire, encore)

Posted on 13 avril 2013

0


lgjmp72

« 1,61803398875… Nombre d’or, triangle d’or, divine proportion, ou découpage en extrême et moyenne raison… Quel que soit le nom que l’on donne à ce nombre improbable, dont je ne me souviendrai plus dans une demi seconde, j’y préfère le charcutage en extrême et moyenne raison. Au moins est-on sûr que cela n’a pas plus de sens que la raison, lorsqu’elle cherche quel chemin donner au sens, ou quel sens donner au chemin. » Qu’elle se disait la cigale cheminant, toujours à la recherche du sens du chemin à suivre de cette histoire sans fin.

« Mais il va bien falloir que je la termine un jour, ou au moins que j’apprenne à accorder ma guitare. »

Bref, après quelques perturbations atmosphériques – et asphériques – dues à une actualité improbablement inepte d’inepties, revenons au périple de notre cigale en quête de sens.

Après donc une petite pause métaphysico-politique avec ma chatte, elle reprit son chemin et rencontra une baignoire avec une étrange bestiole dedans qui criait « Euréka ! Euréka ! »

« Salut bestiole, comment tu t’appelles ? Et quoi que t’as à gueuler Euréka ? »

« Je m’appelle Euclide. » Que lui répondit la bestiole. « Et si je crie Euréka, c’est que je viens d’inventer le principe d’Archimède avant Archimède. »

« Euclide, quel drôle de nom pour une bestiole ! Remarque, il y a bien des papes et des politiciens qui s’appellent François. Personnellement, je préfère Léon, qui est le nom d’un paon que j’ai bien connu, mais ce sera pour une autre histoire… Et d’abord, c’est quoi le principe d’Archimède ? »

« C’est que tout corps plongé dans… Non, je fais simple, c’est que lorsque tu plonges dans une baignoire, l’eau monte. »

« Et, y’a besoin d’un principe pour ça ! » Qu’elle s’étonne, la cigale.

« Oui, l’espèce bipédique à laquelle j’appartiens a besoin de principes pour tout. Tiens, par exemple, il y a un principe qui dit qu’une ligne est une longueur sans largeur… »

« Et sans épaisseur ? »

« On s’en fiche, mais pour construire une ligne, il faut aller d’un point vers un autre, c’est un principe aussi. »

« Tes politiciens ne doivent pas connaître la ligne, alors ! Ou juste les lignes de coke, et encore, il faut qu’elles aient de l’épaisseur, celles-là. »

« M’en fiche des politiciens. » Qu’il dit, l’Euclide. « Moi, je suis mathématicien. »

« Et ça consiste en quoi ta mathématique ? »

« Ben, à aligner des lignes pour comprendre le sens des lignes ! »

vinci

« Je sens qu’on approche de la fin. » Se dit la cigale. « Dis bestiole, toi qui est si calée en lignes, tu ne peux pas m’indiquer le sens du chemin qui aurait du sens ? »

Et l’Euclide de répondre,euclide1

« Ah, je vois, tu es aussi oiseautérique que le pinson, ou qu’un poiliticien ou un pape ! »

« Non, si tu veux, je te donne la recette du nombre d’or. Si tu poses l’équation x au carré = x+1   tu obtiens   1,61803398875 et des brouettes, ce qui te donne le nombre d’or. »

« Et ça sert à quoi ton nombre d’or ? »

« Ben à construire des pyramides, par exemple, ou à faire de la musique, ou encore à écrire des poèmes. »

« Et tu crois que cela peut servir à rendre les politiciens moins idiots ? »

« Ca, je pense que c’est malheureusement incurable. »

Et sur cette réponse toute de franchise, notre cigale s’en fut reprendre son chemin à la recherche du chemin du sens.

Tu devrais demander ton chemin au Petit Prince. Qu’elle lui dit ma chatte. Ils viennent d’installer le téléphone et l’internet sur sa planète.

« Oui, mais ce sera pour une autre histoire. »

Dis Tonton, le nombre d’or, tu crois qu’il peut servir pour la révolution.

Advertisements