Les vitupérations des crétins de couche (une autre suite…)

Posted on 17 avril 2013

0


lgjmp72

« Pardon, je m’es trompé,  je voulais parler des gesticulations des crétins de souche qui ne sont toujours pas descendus de leurs arbres, contrairement à nos cousins les singes, dont ils refusent encore d’accepter le cousinage. » Qu’elle dit la cigale.

Cousinage pourtant manifeste, surtout si l’on prend le mot « bête » au sens que l’humain lui attribue lorsqu’il parle de son voisin et pourtant meilleur ennemi. Qu’elle ajoute ma chatte. 

« Ouais, quoi qu’ils ont contre le mariage homosexuel, les crétins de souche ? Ils se marient bien entre eux, et même qu’on leur autorise le droit de se reproduire. Et que, si c’était moi présidente, je prônerais la castration systématique des crétins de souche. »

Ou l’haraquirit. Qu’elle dit ma chatte.

« Ouais, c’est pas mal non plus comme méthode d’avortement du crétin. »

Telle était la conversation que je surpris entre ma chatte et la cigale, au réveil ce matin. Et… Bref… Les bestioles sont parfois bien sensées…

Bref, re, où en étions-nous des pérégrinations de notre cigale à la recherche du chemin menant vers le sens ? Ah oui, ma chatte lui conseillait d’aller à la rencontre du Petit prince qui venait de se faire installer l’internet et le téléphone sur sa planète.

La cigale ayant beau être dignitaire d’une maîtrise en matière de saut, elle était incapable de sauter de planète en planète jusqu’à celle du Petit Prince. « Comment je fais pour l’aller voir ? » Qu’elle se demandait donc.

Dis, on est peut-être des néandertaliens du communisme, mais tu sais te servir d’un téléphone et de l’internénettes (expression que j’ai appris depuis peu).

La cigale prit donc ses pattes à son cou et bigophona au Petit Prince.

« Bonjour bestiole. Moi, je m’appelle cigale, toi, je te connais. Comment vont ta rose, tes baobabs et tes volcans ? Et si tu pouvais me dire, toi qui as tant voyagé, si tu as trouvé le sens du chemin qui mène au sens, cela m’arrangerait, parce que l’hiver est terminé, que l’été va bientôt venir, et qu’il va falloir que je termine ma chanson. Et incidemment, si tu pouvais me trouver une méthode pour accorder ma guitare une fois pour toutes. »

« Tu poses beaucoup de questions. » Répondit le Petit Prince. « A moi de t’en poser une d’abord. Saurais-tu me dessiner un mouton ? »

« Euh ! Je ne l’ai pas encore rencontrée cette bestiole, mais je peux essayer. Et même s’il est raté, tu me répondras ? »

72rueresDSC_0016 copie 

« J’essaie aussi. » Dit le Petit Prince. « Ma rose, mes baobabs et mes volcans se portent bien, merci. Mais quant au sens du chemin à suivre pour trouver le sens du chemin qui te mènera au sens, je dois te le dire, il m’a simplement ramené chez moi, au pays de mes rêves, et pour cela, il m’a fallu l’aide du serpent et de son venin, ce qui est nettement moins drôle que dans l’histoire écrite par l’aviateur à qui j’ai demandé de me dessiner un mouton – qui ne ressemble d’ailleurs pas du tout au tien. »

« Bref, tu as délaissé ta rose pour faire du chou blanc, en somme. » Qu’elle dit la cigale.

« En somme, comme tu dis,  et comme je n’aime pas le chou, j’ai préféré retourner à ma rose. »

Tiens, ça me fait penser à un truc. Qu’elle dit ma chatte. Les crétins de couche, ils font toujours leurs mouflets dans les roses, ou dans les choux ?

« C’est pas le sujet ! » Qu’ils disent, la cigale et le Petit prince. « On cherche le chemin qui mène au chemin du sens, ou pas très loin en tout cas. »

Z’êtes pas près de le trouver à ce rythme.

« On fait ce qu’on peut ! » Qu’ils répondent.

Mouais ! J’ai déjà l’impression de l’avoir entendue cette réponse qu’est pas une réponse.

Et l’on se mord toujours la queue dans cette histoire sans fin à la recherche du sens du chemin qui mène au chemin qui nous indiquerait le sens de celui à suivre pour, et… que je me suis perdu en route.

Dis Tonton, les panneaux indicateurs, ça peut être utile pour trouver le chemin de la révolution ?

Boom ! Qu’il te dit le panneau indicateur, mais ce sera encore pour une autre histoire où l’on parlera peut être aussi de zones ombreuses…

Publicités