Le théorème du sein (cartes postales de Cancerland 4)

Posted on 1 septembre 2013

0


lgjmp72

J’ai beau plaisanter, lui dire qu’on va lui refaire des seins à la façon poupée Barbie. Dire qu’il y a plein de femmes qui rêveraient d’avoir un cancer du sein pour bénéficier d’une chirurgie esthétique gratuite et remboursée par la sécu… Ca ne marche pas ! L’est pas très marrante, ma petite marrante, depuis qu’on lui a ôté le sein.

Bon, je ne vais pas me lancer dans une théorie du sein, je n’y connais rien, et pour cause, les miens ne servent pas à grand chose, sauf à me décorer le poitrail.

Ah non ! Tu ne vas pas nous faire dans l’antimilitarisme primaire ! Qu’elle dit ma chatte. C’est pas le sujet ! Pis tu vas encore réveiller la cigale qui va nous dire des conneries.

Tiens, le pis ! Je n’y avais pas pensé, merci Lulu (Lulu, c’est le nom de ma chatte).

Bref, le sein d’une femme ? Cette étrange, énigmatique, et si attirante proéminence (à ne pas confondre avec un fan de Richelieu) pour un homme, mais qu’il ne comprend pas, sauf lorsqu’il lit un dictionnaire et que le sein y rime avec saillie…

Mais si ! Je suis toujours marrante, la petite marrante ! La preuve j’ai dit à Jean Mi qu’avec mon nouveau look, j’aurai pu faire de la figuration dans le film Freaks.  C’est pas marrant ça ? Et puis, qu’est ce que je suis drôle à me balader avec mon amoureux dans Cancerland avec au bout du bras (côté absence de sein) un petit sac dans lequel je me trimbale avec une bouteille rouge (de sang) appelée redon en langage médical !!!! C’est pas marrant ça aussi ? 

Et puis il y a tellement d’autres femmes avec 2 seins, alors côté poupée barbie, mon Jean Mi aura toujours de quoi satisfaire son sens primaire de l’esthétisme féminin… C’est pas drôle tout ça aussi ? 

Je vous l’avais bien dit qu’elle n’était plus marrante, ma petite marrante.

Mais non, c’est juste qu’elle est de mauvais poil. Qu’elle dit ma chatte.

« Et puis qu’elle ne peut plus se coucher du côté où qu’elle à l’habitude de dormir, avec ses tuyaux qui lui pompent le sang. Et c’est vrai que des seins à la Claudia Schiffer, y’a de quoi être jalouse. Même si tu n’as pas joué les monstres dans Freaks ». Qu’elle ajoute la cigale, qui aurait mieux fait de rester dormante.

Bon, le « redon » ? Moi, je connaissais le dindon, le didon, le bidon, le téton, et le tout un tas de choses en quendiraton, mais je ne savais pas ce que c’était, le redon. Et c’est vrai que quand tu vois ça pour la première fois, une bouteille pleine de sang reliée par un tuyau à un sein absent, c’est moins bandant qu’un sein de Claudia Machin. Mais on s’habitue à tout, et à Cancerland, il y a plein de femmes avec de jolis sacs à redon.

Tiens, ça me fait penser à un truc la bouteille redon. Je cherchais la cave à vin de Cancerland, l’autre jour…

Bon, revenons au théorème du sein. J’ai dit que les hommes n’y comprenaient rien. Et c’est vrai, l’on pense qu’un sein n’est fait que pour la tétée (des petits ou des grands). Et l’on se dit qu’après tout, il y a tant de femmes qui se les font refaire pour faire (ou refaire plus ou moins) joli, que ce n’est pas si grave si l’on t’enlève un sein pour le remplacer par une prothèse, et en plus, on va remodeler l’autre pour qu’il s’ajuste avec…

Et pis, à force d’être chaque jour à Cancerland, l’on comprend que c’est pas un pis, un sein, ni une mamelle…

C’est rien qu’une petite phrase à ajouter pour faire le lien entre le redon et le sein du saint ? Qu’elle moque ma chatte.

72jmpaout2013_2831

Moi la petite marrante en vérité le sein ou les seins ça n’a jamais été la préoccupation première de ma féminité. Pas de robe à décolleté plongeant, pas de soutien gorge affriolant, rien qui chez certaines femmes semble être l’étendard de leur condition de femme. 

Et pas de jugement à cela : à chacune son bien-être féminin (vous l’avez compris, je suis féministe jusqu’au bout des d… non des seins maintenant). Car du jour ou l’on m’a annoncé l’ablation de mon sein, après m’en avoir ôté une partie, la prise de conscience puis la réflexion sur ma représentativité féminine a été comme une évidence. 

Et bien sûr que Jean-Mi il ne peut rien y comprendre ! Il ne faut pas lui en vouloir. Croyez-moi je rattrape pleins d’années d’ignorance sur le sujet, et je lis, je me documente, je vais sur des forum traitant de la question…

Là j’arrête c’est trop dur, il y a un enfant qui hurle au dessus de moi, au 5 eme étage…

Bon je reprends…. Vous l’avez compris c’est à nouveau la petite marrante alias la momie Toutankamon car depuis ce matin j’ai tout le torse bandé, bien serré, pour tenter de résorber un hématome… Je suis donc en apnée, mais pour écrire ce n’est pas gênant et ça fait des vacances à Jean-Mi de ne plus m’entendre râler. 

Savez vous qu’avec une culotte d’hôpital (celle en maille) on peut faire un soutien gorge ? 

C’est pas des blagues, c’est l’idée géniale qu’ont eu les merveilleuses infirmières de Cancerland, pour maintenir les pansements sur les seins des allergiques au sparadrap, comme moi.  Il suffit de faire une petite découpe en V a l’entrejambe de la culotte et là on y passe la tête (c’est en maille je vous rappelle) et les 2 bras vont dans les trous pour les jambes ! Vous voulez un dessin? 

Qu’est ce qu’il raconte Jean Mi que je suis plus marrante !!!

Si, je vous assure qu’elle n’est pas marrante, même que ce matin, elle pleurait, ma petite marrante. Allez donc savoir pourquoi…

Et pour la révolusein… Oui, mais ce sera pour une autre carte postale. Tiens, je me demande pourquoi les Femen ont de jolis seins.

Ceci-dit, nous n’avons pas encore trouvé le théorème du sein.

Advertisements
Posted in: Cancerland