Défonse de rire… (cartes postales de Cancerland 14)

Posted on 13 septembre 2013

1


lgjmp72

« Que les mômes dégainent leurs rêves sans entraves crabeuses. » Qu’elle a dit ma petite marrante…

Dans les dépêches de dernière minute du Nouvel Obs, on pouvait lire, avant que je parte à Cancerland hier, « Austérité : 25 millions d’Européens menacés de pauvreté » et « Disparu depuis 80 ans, le loup pourrait s’installer durablement dans les Vosges ». Une mauvaise nouvelle pour une bonne, en somme…

J’ai appris plein de mots nouveaux, depuis que ma petite marrante m’oblige à fréquenter Cancerland au quotidien, et même comment redéfinir certains mots. Tiens, le quotidien, par exemple, qu’il faut sacrément redéfinir chaque jour en fonction du jour le jour et du protocole. Ou le protocole, justement, que je croyais que c’était un truc à faire lorsque tu croises un pape ou un président dans la rue.

Bon, pour les nouveaux mots, j’en reparlerai un autre jour, parce qu’ils se terminent pour la plupart en mie – et ce n’est pas de la mie de pain, quoi qu’à la mie cale des cancéreux, ils en offrent peut-être.

72jmpsept2013_2898

Mais reston’zen au quotidien. L’autre jour, elle vous racontait comment elle s’était chopé un rire fou au gaz hilarant, mais je ne vous raconte pas quant ils l’ont shootée au joli coquelicot. A ce rythme là, je vais moi aussi prendre un abonnement à Cancerland, plus besoin de s’emmerder à planter ses graines pour voir si elles poussent, ou de se fendre le porte-monnaie pour acheter du akik, et en plus c’est remboursé par la sécu, et la défonce de rire est garantie.

Tiens, défense de rire, ou défonse de rire ? Et il faut bien le dire, on a parfois besoin de défonse de rire, plutôt que de défense. Mais ne le lui dites pas trop fort, à ma petite marrante, elle risquerait d’y prendre goût.

Et pour les enfants, je ne sais pas.

Publicités
Posted in: Cancerland