edarpy et vous (cartes postales de Cancerland 19)

Posted on 17 septembre 2013

0


lgjmp72

Je l’ai enfin trouvé la cave à vins de Cancerland. Ce matin dans mes mails, j’ai reçu une pub de Darpy qui me faisait gagner… une cave à vin, justement. Dites, vous êtes sûrs qu’il y a la cave, avec le vin, parce que je manque un peu de place chez moi !

Bon, dans Le Monde, on peut lire que la Cour des comptes (où nos jours sont aussi comptés) veut réduire le trou de la sécu. Et zoust, on ne va bientôt plus rembourser nos lunettes, déjà que… Mais il y a surtout un truc qui me met hors de moi, c’est que cette cour des com…s (ne pas mettre de « n », svp) préconise de développer la chirurgie ambulatoire, c’est à dire en gros que tu te fais opérer, et du vent, tu sautes dans le taxi ou l’ambulance et tu retournes chez toi juste après l’opération.

Ouais ! Avec ma petite marrante, cela fait bientôt deux mois que nous la pratiquons, cette chirurgie ambulatoire. Et je ne vous raconte pas toutes les anecdotes vécues dans ces taxis bi-quotidiens, que cela ferait deux ou trois chapitres. Non, il y a une profonde débilité dans ce truc, et j’explique.

On te dit que tu es mieux, chez toi, que cela accélère la guérison d’être à la maison, que tu es plus rassuré, et qu’avec ton entourage, il y a moins d’angoisse…

Bref, tout un tas de choses de ce genre, pour ne pas dire simplement que c’est plus rentable de te coller at home plutôt que de te suivre à l’hôpital.

Et cela peut être vrai parfois, parce que le temps passe avec une lenteur démultipliée, lorsque tu es dans une chambre d’hôpital. Alors oui, dans le cas de certaines chirurgies légères, c’est sans doute préférable.

Mais en cas de chirurgie lourde, en l’occurrence et qui nous concerne, plusieurs opérations pour en arriver à l’ablation d’un sein (Mastectomie, que ça s’appelle, et c’est joli. Qu’elle dit ma chatte. Et qu’ensuite tu es stomisée.), et une plaie de 22 centimètres qui, suite à quelques complications, ne veut pas se refermer, et qu’on doit lui mettre chaque jour une lame, un drain, une poche, des pansements, et… bref, des gros soins quotidiens… Et qu’évidemment, elle ne peut y aller seule, à l’hôpital, ma petite marrante… Comment qu’on fait pour ambuler ?

Bon, commençons par le dernier point, tu es seul(e), ce qui est le cas de beaucoup de personnes qui fréquentent Cancerland, comment te fais-tu accompagner ? Par le chien du voisin ? 

Tu es seul(s) toujours, et s’il t’arrive une complication at home ? Tu siffles la perruche de la voisine ? Et même si tu es accompagné(e) ? C’est l’autre qui la siffle ? Et si ton compagnant tombe dans les vapes à la vue du sang – ce qui est mon cas, faut en amener deux à l’hôpital ? Bonjour les économies du trou de sécu !

Et si ton compagnant (ou ta) ne tombe pas dans les vapes, comment qu’il fait s’il bosse pour un smic chez Dassault ? Tu crois que c’est Dassault qui va lui payer l’accompagnement ? Ben non, il va plutôt lui plomber son salaire, l’héritier Dassault ! Et la sécu trouée, elle va se transformer en Zorro qu’est arrivé, tu penses, pour te le renflouer ?

Et encore seul(e), tu te rassures avec quoi, qui, comment ?  En regardant Derrick à la télé ? Ou même pas seul(e), comment te rassures-tu alors qu’on te parle de cancer toute la journée, et que plus on en parle plus tu angoisses.

Alors oui, je veux bien que l’on me dise de faire des économies, mais sur le budget des flics, des militaires, des politiciens, et tiens, pourquoi pas sur celui de la cour des comptes aussi ! Tiens, déjà il suffit d’en réduire le nom… Et je laisse la parole à ma petite marrante…

72jmpsept2013_2981

« En effet il y a un quota journalier à ne pas dépasser lorsqu’on est hospitalisé. Ainsi chaque jour, après mon opération, la visite de l’interne dans ma chambre commençait invariablement par la même question à l’infirmière : elle en est à J + combien ? Moi comme je suis une petite marrante sangsue, j’ai doublé le quota imparti ! Et même le jour de ma sortie, ils ont dû repousser le quota d’un jour de plus.

Mais trois jours après, coucou me revoilou, et depuis 10 jours que je suis sortie, je dois y retourner tous les jours pour des soins et la surveillance, et en plus, je coute environ 40 € par jour de taxi conventionné payé par la sécu.

Mon métier, ce n’est pas toubib, mais dans ma petite tête je me dis que si on avait peut être dépassé de trois ou quatre jours de plus le quota imparti de jours d’hôpital, on aurait pu s’apercevoir de mon début d’infection, réagir immédiatement et éviter ces 10 jours d’aller retour en taxi conventionné, et ainsi libérer pour d’autres malades tous ces infirmières, internes et chirurgiens mobilisés autour de moi, alors qu’ils sont sur bouqués.  

Et dire que l’interne que j’ai eu aujourd’hui et qui a dû intervenir à nouveau sur ma plaie, voulait que je vienne aux soins le matin et l’après midi toute cette semaine. Aller-retour deux fois par jour ! 

Là, l’infirmière est intervenue diplomatiquement pour lui dire que… C’est aussi une infirmière qui avait suggéré à l’interne lors de ma sortie d’hospitalisation, que l’on pourrait me garder encore deux ou trois jours, pour surveillance… 

En plus d’être la victime du crabe et de la cuisine de  mon JeanMi, je suis incontestablement celle des quotas ! »

Elle ne m’avait pas dit pour le coup d’y revenir deux fois par jour,  ma petite marrante, et heureusement, je crois que j’en serais tombé raide, avant même d’avoir pu étrangler les membres de la Cour des… tiens, il n’y avait pas un mur qui s’appelait « mur des cons » ? 

Va falloir que nous en fabriquions un en attendant la révolution. Qu’il dit le neveu.

Publicités
Posted in: Cancerland