L’herbe folle ( cartes postales de Cancerland 24)

Posted on 22 septembre 2013

0


lgjmp72

« En île de France, l’UMP veut se réconcilier sur l’herbe », peut-on lire dans Libération. Chic, ils vont enfin légaliser la canne à bise. Qu’elle dit ma chatte. Bien non, ils ont juste organisé un pique-nique, histoire de se faire la bise sur l’herbe, les Umpistes.

Bon, on s’en fiche des Umpistes, et je m’en fiche tout autant que de nos socialices qui ne sont rien d’autre que la copie des Umpistes en rose. Tu peins un poilitique en bleu, t’as un droiste, tu en peins un en rose, t’as un socialmachin, et je ne te dis pas que c’est la même chose si tu le peins en vert, en rouge, ou en caca d’oie (ça, c’est la nouvelle couleur bleu marine). Ou alors, je suis devenu daltonien de la poilitique, ou, tiens, pourquoi pas, j’ai un cancer de l’oeil.

Mais là, je ne vous raconte pas que… Si ? Alors oui. L’autre jour en attendant ma petite marrante à Cancerland, j’ai lu le journal de Cancerland, justement, dans lequel il y avait une jolie description du cancer de l’oeil, si jolie qu’ils ont oublié de mettre la photo d’illustration, que cela aurait presque fait bande dessinée tellement c’est joli. Je vous ai déjà dit que j’ai croisé un cancer de l’oeil il y a quelques jours, et les couleurs que j’ai dû prendre alors, tous mes feutres y passeraient si je devais décrire.

Si cela continue, je vais demander à Monofric qu’ils me livrent un kilo de canne à bise avec mes courses, ça me fera peut-être voir la vie en violet, plutôt qu’en caca d’oie.

Ils ne livrent pas la canne à bise. Qu’elle dit ma chatte. Sauf si t’as une sclérose en plaque, et encore, ils hésitent parce qu’il te faut une ordonnance.

Tant pis, je la fais pousser dans mon salon, l’herbe folle, parce que je ne l’ai pas encore en plaque, la sclérose, mais dans la tête si, un peu 

Donc, l’autre jour, j’avais oublié mon bouquin – Le Dieu manchot de José Saramago, et comme j’aime beaucoup Saramago, je ne me prive pas de faire de la pub. Lui, il est mort, alors ce sera tout bénéf pour ses héritiers. Bref, j’avais oublié mon bouquin, et pas trop de choix de lecture à Cancerland, des revues de mode, des trucs spécialisés sur les foulards, un canard qui me met la tête de Filou 1er en couverture, ou le journal de l’Institut Curie, j’opte donc pour ce dernier, et c’est là que je tombe sur le cancer de l’oeil. 

C’est fou ce qu’on s’instruit à Cancerland. Tiens, j’ai appris qu’il y avait près de 1700 nouveaux cas de cancers de l’enfant par an en France. Mais rassurez-vous, ce n’est rien du tout, juste 1% environ de l’ensemble des cancers…

Bon allez, je retourne voir si mon herbe folle pousse bien.

 72jmpaout2013_2713

« Moi je donnerai bien mon autre sein au cancer pour qu’il n’y ait surtout pas ce 1% d’enfants atteints de cancer. Quand on les voit à Cancerland, ça vous fait hurler, je l’ai déjà dit mais je le répète. Parce que dans les yeux de ces petits bouts il y a toute leur curiosité de la vie (comme les autres !) avec en plus une hébétitude poignante. Et là y’a plus du tout de petite marrante… Bon et puis on rentre à la maison obsédés par leurs petites tronches grises et nous il faut qu’on continue : housse de couette, ratatouille…. 

Et je me dis tout de même que sans ce p…de cancer qui m’a choisi, celui des enfants serait resté pour moi une abstraction. 

Et là je trouve que j’ai grandi d’une nouvelle connaissance et peut être d’un nouveau combat. »

Ma  petite marrante fait panne d’écriture, la feignante, alors je vous raconte ce qu’elle m’a dit, et pourquoi elle a voulu écrire ça sur les enfants. C’est parce qu’hier, elle a vu une petite fille qui descendait du 5ème étage avec son papa, chauve, avec des béquilles ; et elle sautillait avec ses béquilles, la petite, jouait, comme si elle sortait de l’école. Comme si de rien n’était, comme si la vie…

Bon, dans le journal de Cancerland, on peut aussi lire que « les cancers pédiatriques se distinguent par des taux de survie particulièrement élevés, proches de 80% ». Ca vous rassure ?

Et dans le Nouvel Obs, on peut lire que « le taux de fécondité des femmes » (j’aime bien cette expression) est de 2,01 en France, contre 1,36 en Allemagne. Dites, Mesdames, comment faites-vous pour avoir 2,01 ou 1,36 enfants. Ils sont comment les 0,01 ou 0,36 ?

Et sans aucun rapport, quoi que, ce matin, j’ai reçu ça dans ma boîte à mails, Amnesty International, « Herman Wallace, Etats Unis : mon corps est devenu un instrument de torture contre moi« .

 

Advertisements
Posted in: Cancerland