Les couleurs du temps (cartes postales de Cancerland 25)

Posted on 23 septembre 2013

2


lgjmp72

Soirée anxieuse hier à la maison. Ma petite marrante est au lit, et elle écrit sur son imachin. Moi, j’ai encore plein de choses à dire, mais je préfère attendre…

Non, tiens, l’autre jour, dans le taxi qui nous menait à Cancerland (merci la sécu), je tentais d’abstraire, de regarder les jolis seins (des jeunes filles euh, non, pardon !) des statues.

Et comme nous avions parlé de sa RCH, joliment nommée rectocolite hémorragique la veille, la voilà-t-y pas qu’elle me fait une théorie du Cacaland, ma petite marrante, et qu’elle m’explique que l’autre jour… Je ne vous raconte pas, sauf que j’en pleurais de rire à voir les couleurs par lesquelles passait le chauffeur du taxi…

 72clownprière2013_1999« Est-ce que c’est une étape par laquelle passent tous les malades d’un cancer ou est-ce moi qui déraille? JE NE VEUX PLUS QU’ON S’OCCUPE DE MOI !!!! Raz le bol qu’on me demande à tout bout de champ si ça va, si j’ai mal, si je veux de l’aide. 

Je veux à nouveau être anonyme. 

J’ai trouvé ça très agréable au début qu’on m’entoure, me dorlote, me plaigne, me réconforte. 

Mais maintenant basta la famille, les toubibs et tous et tous et tous ! 

Je veux qu’on me fiche la paix ou qu’on m’appelle comme avant pour rien, pour juste la tchatche ! 

Je ne parle pas de mon JeanMi, lui s’il le fallait j’en rajouterai une petite lichette pour qu’il continue à s’occuper de moi (à condition qu’il arrête de faire des ratatouilles)…

C’est vrai quoi j’ai l’impression d’entendre « la pauvre » etc, etc, derrière chaque appel. Non mais, je suis devenue quoi avec mon sein en moins ? 

Bon maintenant que j’ai vidé mon sac si vous saviez comme je suis d’une mauvaise foi en écrivant tout cela ! Parce que si Francis était venu à Paris sans me voir je lui en aurais voulu à vie… non, 3 minutes. Si Cécile, Annie, Annette, Didier, Françoise, Philippe-Ahmed, Andrea, Claude, Benjamin, Brigitte, Elisabeth, Solange… et tous ceux que j’aime ne prenaient plus de mes nouvelles, j’en serais désespérée… Et qui c’est qui devra supporter mes humeurs ? Le JeanMi, bien sûr. 

S’il vous plaît mes amis continuez à m’entourer, me dorloter, me plaindre, me réconforter! J’adore ça. »

Je vous avais bien dit que c’était une soirée anxieuse. Même ma chatte est assise à côté de moi, sur l’imprimante, à se demander ce qui se passe.

Et même le neveu ne demande pas pour la révolution que c’est quand.

Publicités
Posted in: Cancerland