Les couleurs du temps (cartes postales de Cancerland 40)

Posted on 8 octobre 2013

0


lgjmp72

De sa plaie de 22 centimètres, elle m’a dit qu’il ne restait plus qu’un centimètre d’ouvert, ma petite marrante, juste de quoi y mettre le petit doigt, ouf, ça va mieux ! Mais je ne vous cause pas de mes couleurs quand elle m’a dit ça ! Et lorsque je lui ai dit que j’allais l’écrire, elle en a ajouté une couche, « Je ne t’ai pas raconté que le médecin, l’autre jour, il avait mis des gants et deux doigts jusqu’au fond de la plaie qu’il m’a enfoncés… » J’ai coupé, parce que je devais être revenu au noir et blanc, juste avant le blanc (ou le noir) total.

Bon, je disais il y a quelque temps que l’on s’habituait à tout… enfin presque tout… ou alors ça dépend des jours, de comment que tu es réveillé, et de combien tu as tué de chats. Parce que ma chatte, à force de s’habituer à ne pas dormir, elle s’amuse dans mon placard à chaussettes à déchirer des sacs pour faire du bruit. Ce doit être une manière de se venger des Concertlands de notre petite marrante, et qu’elle aussi, elle donne concert la nuit. Elle n’a pas de cancer pourtant, ma chatte.

Si, moi aussi j’en ai un. Qu’elle dit. J’ai le cancer des emmerdeuses, nan mais !

Si tu le dis… Bref, on a le droit de dire des conneries, l’essentiel étant de s’en apercevoir ; et lorsque j’ai dit que l’on s’habituait à tout… Bien oui, j’assume, mais à presque tout, et avec le temps, et encore… et pas vraiment… ou on fait semblant…

Tiens, ce matin, lavage du dos de ma petite marrante, et dring, coup de téléphone, et que pendant une heure elle se balade à poils dans tout l’appart avec sa plaie et sa poche. J’avoue que les couleurs du temps… j’ai dû toutes les voir passer.

Et lorsque je lui ai dit que, oui, mais quand même, il me faut du temps, elle m’a répondu que « eh bien tant pis, je vais me balader dehors comme ça maintenant. Tiens, je sors faire les courses… »

72jmpoct2013_3013

Je vous rassure quand même, elle s’est rhabillée avant de sortir. Il lui faudra un peu de temps encore avant de s’habituer au nudisme… Et puis on va bientôt être en hiver…  Et ça ne lui plaît pas que je dise qu’elle se promène à poils chez nous, alors pour le nudisme c’est pas demain.

« Je ne sais pas ou il va s’arrêter mon JeanMi pour raconter notre quotidien…. Bon bref, ça fait parti du témoignage de notre vie avec la maladie, mais tout de même! Moi ce que je lis là c’est que je vais mieux. En me baladant ainsi téléphone à l’oreille je reprenais mes vieilles habitudes et ne me posais pas la question de ma plaie ni de ma poche à lymphe. C’est vrai je ne l’ai pas ménagé mon amour mais comme il était scotché à son ordi, je le croyais loin… Et toute à ma conversation téléphonique, j’avais omis sa capacité d’avoir les yeux et les oreilles partout… dommage j’ai raté son arc-en-ciel. Remarquez j’en ai eu un l’après midi ; on se promenait et voilà t-il pas que je me tords le pied et manque de m’étaler, si sa main dans la mienne ne m’avait retenue. Premier réflexe de mon JeanMi, m’engueuler bien sûr, et deuxième posture, devenir livide, presque transparent… Et de sortir son mouchoir en papier pour s’essuyer le front! »

Ce qu’elle ne vous a pas dit, c’est simplement que j’ai paniqué à l’idée qu’elle se vautre par terre, avec sa plaie encore ouverte, mais..

Bien oui, c’était complètement idiot de dire que l’on s’habitue à tout. On ne s’habitue pas. Et je ne sais comment dire. On se blinde ? Bof ! J’arrive pas à fermer la porte.

On se quoi alors ? S’il est vrai qu’à force de voir des plaies en tout genre, je pourrais peut-être finir par échanger mon diplôme de philo pour un diplôme de médecine – quoi que… il faudra que je trouve la cave à vins de Cancerland d’abord – et qu’ils m’en filent les cléfs, des fois que j’aie besoin d’un moment de repos entre deux mastectomies…

Bref, on se quoi alors ? Qu’elle insiste ma chatte.

Et bien justement, je n’en sais trop rien, et pas certain que cela dépende des couleurs du temps, même si parfois il peut influencer.

Mince, cette fois on a vraiment trouvé le boson de Higgs, ils lui on refilé le prix Nobel. Dis Tonton, tu crois que c’est bon signe pour la vraivolution !

Publicités
Posted in: Cancerland