Le plétor retor… (ou la découverte d’une nouvelle espèce)

Posted on 19 novembre 2013

0


lgjmp72

« Le maître (on traduirait par avocat aujourd’hui) du nom de Corax, eut pour élève Tisias, à cette condition que l’élève ne le payerait que s’il gagnait lors de son premier procès. Mais l’élève apprit si bien les leçons du maître que c’est à Corax qu’il intenta son premier procès, sous prétexte qu’il ne lui devait rien. Ainsi donc, s’il gagne son procès, il ne devra rien à son maître, de même que s’il le perd. Et les juges n’ayant rien compris à leur histoire, les renvoyèrent en leur disant « à vilain corbeau, vilaine couvée ». Le corbeau figurant alors une robe d’avocat, comme aujourd’hui d’ailleurs. » 

Je résume le discours que me tint la cigale, ce matin au réveil.

Et ti y’a pigé quelque chose. Qu’elle demande ma chatte.

Euheuh oui, en gros, c’est l’invention de la rhétorique, qui peut faire pléthore de mots pour ne rien dire, sans savoir où elle met les haches, comme dans la poilhitique, d’ailleurs, qui ressemble souvent à celle du néolithique.

72jmpnov2013_3274 

Dis Tonton, c’est pour quand la vraivolution !

Publicités