343 crétins… et les autres…

Posted on 27 novembre 2013

1


lgjmp72

Primo, il faut être complètement idiot, pardon, je rectifie sénile, je rectifie encore, crétin, et encore très mal autistement et je rerectifie artistement imbu de sa personne (c’est mieux, qu’elle dit ma chatte) pour signer une pétition, quelle qu’elle soit, qui émane d’un journal facho, pardon d’extrême droite, et je rectifie encore, qui se dit réac et anarchiste de droite et se titre « Causeur » (rien que le nom…). 

Et deuxio, il faut avoir vraiment perdu un oeil (aucune référence à s’y méprendre), ou la moitié du cerveau pour signer un texte intitulé les « 343 salauds » en soutien à la prostitution (en général, merci mon commandant) en se référant au texte des « ‘343 salopes » qui, en 1971, défendaient le droit à l’avortement.

Bon, disons-le de suite, j’avoue humblement n’avoir jamais fréquenté une prostituée, ni un prostitué, mais la prostitution est un fait, et elle se justifie. Non pas parce qu’elle serait « le plus vieux métier du monde », mais simplement parce que de par le monde, il existe tant de désirs insatisfaits que… Et que nous vivons dans un monde où le « tout à vendre » étant la norme, donc, pourquoi ne pas vendre son corps pour satisfaire les désirs, ou le plus souvent les besoins, inassouvis.

Mais entre le désir et le plaisir, il y a déjà tant de marges (ou de large) que… entre le désir et l’exploitation du désir, n’en parlons pas. Ou plutôt si, c’est de cela dont il faudrait parler, de ce marché de l’exploitation du désir qui fabrique des esclaves du sexe des autres.

Et c’est de cela dont notre gouvernement et nos députés seraient sensés débattre autour d’une loi visant à pénaliser les « clients » de la prostitution.

De qui se fiche-t-on ? Je me le demande souvent.

72jmpmontreal10_0141

En dehors de 343 (plus ou moins) crétins qui se médiatisent pour sauver la prostitution, et de… on ne sait combien encore d’autres crétins qui vont voter cette loi de pénalisation, les « clients » de la prostitution sont pour la plupart des gens comme n’importe qui, mais qui ont simplement un besoin ou une envie sexuelle inassouvis. Et c’est leur droit de l’assouvir comme ils le peuvent. De même que c’est le droit des femmes, des hommes, des trans… de monnayer leur corps. Moi, je monnaye bien mon cerveau, et alors !

Qui plus est, de pénaliser le « client » des prostitué(e)s n’empêchera pas la prostitution, mais au contraire la marginalisera et la précarisera plus encore, rendant ainsi plus sauvage et barbare l’esclavage dont sont le plus souvent victimes les prostitué(e)s.

Il y a quelques années, les prostitué(e)s étaient dans la rue pour réclamer un statut. On leur en a donné une vague, très vague ébauche, vite effacée. Or, le seul moyen de les protéger (un peu) de l’esclavage est de leur donner un statut égal à celui de tous les travailleurs.

Et travailleuses. Qu’aurait dit Arlette.

Et bien oui, travailleuse, travailleur du sexe, c’est un métier comme un autre. Et il faut qu’il soit reconnu comme tel !

Travailleuses, travailleurs de tout bords, unissez-vous. Qu’il ajoute le neveu.

Tiens, l’état cherche partout à se faire du fric, pourquoi ne pas ouvrir des lupanars publics.

P.S. Désolé pour l’autocensure, c’est ma petite marrante qui me le demande, mais promis, la prochaine fois, j’appelle un crétin, crétin.

Et une petite mise à jour pour les couches tard ou/et les lèves tôt. Ma petite marrante devrait ondifier sur Europe 1 demain matin à 7 heures 45, je ne fais pas de pub pour Europe 1 que je n’écoute jamais d’autant plus qu’à 7 heures 45, soit je dors, soit je fais autre chose (mais je ne vous dis pas quoi) à propos des propos (bien oui, il y a parfois des redites) de Madame la Ministre, et « des » cancers.

Elle est ministre de quoi t’as dit ?

Publicités
Posted in: Raz-le-bol