Anxio quoi ? (cartes postales de Cancerland 77)

Posted on 4 décembre 2013

0


lgjmp72

Après la « révélation » de son cancer, et sujette à de nombreuses questions et réactions, Madame la ministre Bertinotti rectifie un peu le tir sur itélé disant avoir été touchée par les témoignages qu’elle a reçu de la part d’anonymes qui ne sont pas là pour lui apporter un message de soutien, mais qui parlent de leur propre cancer ou de celui de leurs proches.

Mais si, Madame la ministre, nous vous soutenons dans votre cancer, même de loin. Et ainsi que vous le dites et que nous sommes nombreux et nombreuses à le dire, il faut témoigner de cette (ces, il faut le dire plus précisément) maladie « qui est encore trop anxiogène »

Anxiogène simplement parce qu’elle est associée à la mort, et que même si une personne sur deux s’en sort, la deuxième n’en réchappe pas. Au mot « anxiogène » d’ailleurs, celui de « tabou » serait plus explicite.

Et merci de dire qu’il faut changer le regard sur le (les) cancers(s), parce qu’en effet « lorsque vous avez un cancer, les assurances, le monde du travail, les banques vous mettent l’étiquette de cancéreux à vie, c’est peut-être cela garder un avenir qui est important. »

Garder un avenir est essentiel, et en effet, on vous colle partout l’étiquette de cancéreux(se), mais même pour les « un sur deux » qui parviennent à être soignés, cette « étiquette » est présente aussi en soi, puisque quoi qu’il en soit, vous devrez être suivi(e) à vie… ou à mort…

Et j’aimerais insister sur un point que vous abordez un peu trop légèrement, le fait que « les traitements autour du cancer renforcent les inégalités sociales« . En effet, nombre de traitements, pourtant indispensables, ne sont pas ou très peu remboursés. Mais vous auriez pu aussi parler des dépassement d’honoraires que lamentablement certains médecins pratiquent, même au sein des hôpitaux. Et lorsque je dis « lamentablement », c’est pour ne pas dire « charognardement » en profitant de la détresse des gens.

Et je suis bien placé pour en parler, en tant que « privilégié », les cancers de ma petite marrante sont aussi « privilégiés », nous avons la chance d’avoir accès aux meilleurs soins. Mais on ne n’ôtera pas de l’esprit que si ma petite fleuriste de soeur avait pu avoir accès dès le début aux mêmes soins (et sans les dépassements d’honoraires qu’elle a dû subir, alors que nous, non), elle aurait vécu un peu plus longtemps. 

Non ! Lorsque nous avons enfin réalisé à quel point elle était mal traitée parce que son oncologue lui a dit un jour, « restez au lit, il n’y a plus rien à faire » et l’avons transférée à Villejuif, un vrai centre de traitement où ils ont tenté le maximum, c’était malheureusement trop tard.

Alors lorsque vous parlez d’inégalités sociales, je parlerais plutôt de gouffre. Entre vous, dont je me fiche de savoir le salaire ni celui de votre chauffeur, nous, et ma petite fleuriste, il y a au moins deux gouffres d’inégalités.

72jmpsept2013_2965

Vous ajoutez que l’on a un système de santé très performant, certes, « et là peu importe qui on est, on est soigné de la même façon. » Non ! Je peux vous assurer que non.

Pour en revenir à ma petite soeur, son oncologue – pourtant réputé – lui avait dit dès le début à peu près cette même phrase (restez au lit… »), dès qu’il a su le montant de son salaire probablement. Mais, à elle, il lui a fallu plus d’un an pour qu’elle nous le confie. Pourquoi ? Je vous pose la question… Il est vrai que lorsqu’on est pauvre, on se tait plus souvent !

Et pendant plus d’un an, c’est le minimum des soins qui ont été pratiqués sur elle. Nous l’aurions su plus tôt, nous l’aurions fait transférer immédiatement dans un vrai Cancerland, à Villejuif, où à Curie, là où nous avons croisé votre chauffeur, et où elle aurait été vraiment soignée. Et là où elle aurait rencontré de l’humanité et l’excellence de soins dont vous parlez. Et sans doute aussi une égalité des soins.

Je vous soutiens dans votre combat, Madame la ministre, mais cette égalité des soins n’existe pas, et nous ne sommes pas soignés de la même façon partout, ni surtout en fonction de nos moyens.

Dis Tonton, on fera vraivolution après ces révélations !

Advertisements
Posted in: Cancerland