6 heures du matin…

Posted on 10 janvier 2014

2


lgjmp72

4 heures 44, réveil des merles parisiens. Puis d’un oiseau que je ne parviens pas à identifier tant son chant est varié, à croire qu’à lui seul, il imite le chant de tous les oiseaux. Je suis sûr qu’il est seul pourtant, c’est d’ailleurs peut-être lui qui m’a fait croire au réveil des merles.

En dehors de moi et de l’oiseau, Paris dort encore. Pas la moindre fenêtre éclairée, pas la moindre voiture. Début janvier, il faut attendre un peu plus de 5 heures pour que les premiers moteurs s’éveillent.

72jmpjanv2014_3365A 5 heures 23, la vie des moteurs commence à primer sur le chant de l’oiseau. Il semble l’avoir compris, il se tait peu à peu.

Etrange ce début de janvier. Paris s’éveille à 5 heures 28, l’oiseau le comprend, son chant s’estompe. Il se tait à 5 heures 34, comme s’il savait que d’ici peu on ne l’entendra plus chanter.

A 5 heures 39, l’oiseau s’est endormi sans doute. Il sait que la ville va commencer à bruire et que son chant n’aura plus d’écho.

A 6 heures en effet, ce n’est plus que le bruit de la ville. Je me couche avec le chant de l’oiseau en tête.

Publicités