La croix ne fait pas le touriste…

Posted on 26 avril 2014

0


lgjmp72

Un jeune homme, italien, vient de claquer, écrasé par l’effondrement d’une énorme croix de 30 mètres (de hauteur, je suppose) au bout de laquelle pendouillait un Christ rédempteur et probablement très lourd (l’équivalent d’un petit âne mort), et comme cela se passe en Italie où l’on va canoniser deux papes morts (à coups de crosse, de canon, et d’une avalanche de pognon à faire pâlir tous les pauvres d’Italie et d’une partie de la planète), évidemment, cela devient le fait-divers mondial.

Bon, ce n’est pas pour dire, mais le petit curotin n’avait qu’à aller curotiner ailleurs plutôt que sous une croix branlante émanant d’un improbable art contemporain. Qu’elle dit ma chatte.

Et puis le Christ n’a jamais pendouillé au bout d’une croix branlante. Qu’il ajoute le neveu vrairévolutionnaire. C’est quoi cette façon de refaire l’histoire sainte !

« D’accord, j’ai pigé. » Qu’elle dit la cigale. « Lorsque je repartirai à la recherche du sens du chemin qui mène au sens, j’éviterai de passer sous les croix. »

« Et sous les échelles aussi. » Qu’elle lui répond la fourmi avant d’aller promener le chien. « Ca porte autant malheur que de passer sous les croix. »

P.S. (l’autre, toujours) Cette petite humeur est sans aucun rapport avec la visite au Vatican de notre premier valseur de ministre à l’occasion de cette canonisation doublement papale.

Bon, c’était pâques il y a peu, ils ne pouvaient pas canoniser des oeufs, nos curotins, c’est quand même moins dangereux de passer sous un oeuf que sous une croix branlante.

72plc_0556

Advertisements