Séisme (2)

Posted on 26 mai 2014

0


lgjmp72

Séisme, parfois même en triple, KO historique, gueule de bois, échec de tout un pays, débâcle électorale… ou victoire historique du front national ? Tels sont les mots que l’on peut lire dans la presse. Et bien non ! Je dis simplement victoire sur tous les fronts, de gauche à droite, de la connerie ; cette connerie de nous faire tout payer pour que survive (à tout prix. Qu’elle ajoute ma chatte) le capitalisme.

Et je ne parle pas que de la France, où le parti des fachos(e)s arrive en tête des élections, de même qu’en Grande Bretagne et au Danemark. Tiens, même chez les grecs, où le parti de la gauche (vaguement) radicale semble arriver en tête, les fascistes d’Aube dorée sont crédités de 8 à 10% et trois députés. Quant aux teutons, ils enverront à l’Europe un député ouvertement néo-nazi. En Hongrie, le Jobbik, néo-nazi lui aussi, en enverra trois…

Evidemment, on ne parle que très peu du taux d’abstention de près de 57% en moyenne en Europe. Et l’on va encore dire que c’est par paresse intellectuelle que nous nous sommes abstenus. Pour certains peut-être. Mais en ce qui me concerne, non ! C’est pour mettre face à face nos politiques avec leur sens du néant !

« Dis Tonton, tu crois que c’est ça qui va nous faire une révolution ? »

Non ! Qu’elle répond ma chatte. C’est juste le constat que connerie capitaliste rime avec fascisme. Et si nous ne l’avions pas compris au XXème siècle, le XXIème nous l’offre sur un plateau doré.

Une relative bonne nouvelle quand même. En Espagne, alors que le Parti populaire (droite austéritaire) au pouvoir et que le parti (pseudo) socialiste gagnent les élections tout en reculant largement ; les écolo-communistes arrivent à presque 10%, et le Podemos, nouveau parti issu du mouvement des indignés atteint 7,9% et sera représenté par cinq sièges.

Et en complément de mon billet d’humeur d’hier, en France, depuis février, la loi prévoit que si « les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal » de l’élection, ils « n’entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins ». Ces bulletins blancs n’ont donc pas réduit le score des partis politiques en lice. Traduisez par, on peut bien les compter, mais on s’en fiche !

En dépit de ce comptage qui ne compte pour rien, 490330 votes blancs ont été enregistrés. Le jour où on les comptera en réduction de score, j’irai voter blanc.

72oliphant108_0814b

Publicités
Posted in: Raz-le-bol