Socialite, ou délite ?

Posted on 28 mai 2014

0


lgjmp72

Le mot anglais, socialite (sans « s »), se traduit en français par homme ou femme du monde, mais pas dans le sens « travailleurs, travailleuses de tous pays, unissez-vous » mais plutôt dans celui de « mondains-mondaines, copulez entre vous et faites fructifier le monde. » Et ce sera mon haïku à deux balles du jour.

Ouais, et ils ne le fructifient que pour eux ! Qu’elle ajoute ma chatte.

« Certes, mais si une copule peut être un type de phrase musicale, ou un mot qui relie l’attribut au sujet, ce peut aussi être un objet statistique qui lie les lois marginales en loi multivariée. » Qu’elle dit la cigale.

« Et t’as compris quelque chose aux lois multivariées ? » Qu’elles demandent les autres bestioles et le neveu.

Euheuh, non ! J’attendrais les prochaines zélections. Et en attendant, je préfère rester avec mes lois marginales.

Bref, la dernière trouvaille de nos chers amis socialites (toujours sans « s ») serait de supprimer les délégués du personnel, obligatoires pour les entreprises de plus de 10 salariés, ou les comités d’entreprises, obligatoires aussi pour les entreprises de plus de 50 salariés.

« Sont totalement Médéfisés, les socialites ? C’est pas Big Million leur sponsor, c’est le MEDEF ? Ou ils sont devenus si complètement mous (sans « x ») de la tronche qu’après deux ans d’auto-suicide en nous mutilant de partout, ils tombent dans le sado-masochisme ? » Qu’il dit le neveu.

Ben, je ne sais pas, mais tant va la cruche à…

Et la suite sera pour une suite, peut-être.

72jmp mars2014_4185

Et ceci n’est qu’une pendule, à 9 heures 18 et 30 secondes avant la fin du monde.

Et le petit machin en bas à gauche, ce n’est pas une tache, c’est la lune.

Advertisements
Posted in: Raz-le-bol