C’est dur…

Posted on 8 janvier 2015

1


lgjmp72

Après quelques temps d’arrêt, je m’étais dit hier que j’allais recommencer à poster quelques unes des mes humeurs, à commencer par un truc du genre « Youpi, bonne année, et coucou me revoici-voilà, et que merdre, que cette année va zêtre chouette comme dit le hibou à ma chatte qui s’en fiche comme de sa première branche de hêtre, puisque qu’il hêtre de ne pas être (le hêtre), ou l’inverse, et qu’elle s’en fiche aussi qu’elle dit à la cigale qui s’en va rapporter ses propos (et les miens par conséquent) à la fourmi qui lui demande ce qu’elle a foutu tout l’été maintenant que l’hiver est revenu et qu’on se pèle toujours les joncs, sauf aux zéquateurs et dans ces régions pauvres et arides, dès que l’hiver s’en revient et qu’il faut se fêter la bonne année à grands coups de papouilles baveuses, de champagne aux petits fours, arrosés de gueule de bois et enfarinée(s), avec ou sans féminin, jusqu’à l’année suivante et que ça recommence, et tout ça pour quoi, pour les beaux yeux d’un quelconque bon-dieu béat et béatifiant et de quelques boursouflés de capitalistes qui croquent mitaine nos étrennes que nous avons mis tout l’été à amasser, sans compter l’été d’avant, sauf si nous habitions les zéquateurs et ses régions et que j’en ai marre de causer pour ne rien dire ! Merdre ! D’ailleurs, le jour où le bon-dieu sera fourmi, ou cigale, ou chat, ou même rat, j’irai peut-être champagner la bonne année, mais s’il ressemble comme un barbu à un bidèpe, alors je redis merdre et merdre, nom de dieu ! »

Et comme ce monologue finissait, youpla boom, une bande de je ne vais pas le redire parce que je l’ai dit hier et que sinon je le dit en pire, s’en allait se faire une partie de youpla boom et que je te massacre dans les locaux de Charlie Hebdo. Et merdre ! C’est vraiment chouette la bonne année, que je dis au hibou à qui ma chatte balance une tarte pour qu’il se taise.

Ouais ! Y ‘a des jours comme ça ! C’est vraiment hibou une bonne année ! Pis c’est même pas encore la révolution, qu’il dit le neveu, alors !

Puis comme Cabu le faisait dire à Memetlajoie qui le répétait au titi Jésus qui, du haut de ses quelques siècles, ne contemplait rien, de même que Rat (avec ou sans « t »), pas plus d’ailleurs que le dieu des Pastèques ni celui des Australopithèques,

« C’est dur d’être aimé par des cons… »

Cabu Charlie-712-lr

Ben oui, il y a des bonnes années comme ça.

Publicités
Posted in: Raz-le-bol