Comment jouer au kamikaze… à douze ans !

Posted on 24 juin 2015

0


lgjmp72

Une fillette d’à peine douze ans vient de se faire exploser au Nigéria, tuant avec elle au moins une dizaine de personnes ! Ca ne s’est passé ni dans un film de fiction, ni dans un nouveau jeu vidéo – quoi que, peut-être aussi – mais dans la pure, simple, et stupide réalité humaine. Et l’on apprend du même coup que, selon l’UNICEF, depuis juillet 2014 – en moins d’un an donc – neuf attentats suicides – j’aime bien l’expression anglaise « suicide incidents » – ont impliqué des jeunes filles ou des fillettes âgées environ de 7 à 17 ans – ces chiffres n’étant que des approximations vu les résultats de tels carnages. 

Au fin fond du Nigéria pourtant, l’accès aux films ou aux jeux vidéos ultra-violents doit être difficile, on ne pourra donc pas incriminer les abus de la télé, ou ce genre de choses. Pas même de la télé réalité. Non ! Il s’agit tout simplement de la réalité.

On devrait le savoir depuis longtemps, le bipède est capable de toutes les inventions dès lors qu’il s’agit de détruire son prochain, et même de les justifier au nom de dieux barbus, imberbes, à six bras ou à quatre pattes, et même de dieux irreprésentables tellement ils sont dieux ; de dieux ou de quelconques justifications destinés à voiler son infinie – celle du bipède évidemment – sauvagerie. Et merdre de dieu que ce mot est faible pour qualifier le fait que l’on envoie une gamine de 7, 12 ou 17 ans se faire exploser en massacrant ceux qui l’entourent.

Il n’y a pas de mot d’ailleurs. Qu’elle dirait ma chatte. On aurait pu croire qu’après le massacre de près de 60 millions de personnes en à peine cinq ans de ce qu’il a nommé pudiquement « seconde guerre mondiale », ouais,  on aurait pu penser que le bipède… Mais non ! Il continue à développer encore et encore les raffinements de l’art de l’extermination, de l’abomination… Là aussi, il n’y a pas de mot. Mais au fait, il n’a pas inventé le jeu du chat kamikaze, ton bipède tu crois ? Ou c’est que ses dieux à mille pattes lui ont soufflé que la chair du chat est meilleure à bouffer que celle des fillettes qui, elles, ne sont bonnes qu’à servir de chair à explosifs.

72jmpjuin2015_4239b

Ceci pourrait être un hybride de chat, de lapin et de… 

ou juste le dessin d’une fillette avant qu’un bipède ne la transforme en kamikaze.

Publicités