Conférence climatique en vue…

Posted on 13 août 2015

0


lgjmp72

En cas de grosse ou de petite déprime, il arrive parfois que vous ne savez plus que dire. Tiens, je parlais l’autre jour de la mille et deux ou troisième nuit de Shéhérazade, mais qu’aurait-elle pu raconter encore à la fin de la mille quatrième, juste avant que le sultan lassé de son verbiage ne lui tranche la gorge. Un « glurps » étranglé ? Ou le début d’une autre histoire sans queue ni tête – et ceci dit sans faire de jeu de mots, ni de feu de bois.

72jmpaout2015_4775

Bref ! Ma chatte aurait dit que n’ayant plus rien à dire, elle se serait tue avant de se faire tuer. Ce qui est un mauvais jeu de mots, à peine digne d’une soirée au coin du feu.

Et loin de moi de vouloir être médisant vis à vis des chattes et des chats, mais il faut bien admettre que même si, en général, je les préfère à la plupart des bipèdes, il y en a qui…

Ouais, mais on a le droit de déprimer aussi lorsque tu nous fiches la déprime. Qu’elle dirait ma chatte.

Certes ! Et d’ailleurs, je n’ai même pas envie de parler des bipèdes cette nuit, même si certains d’entre eux ont inventé les aéroplanes pour s’éloigner de la plupart des autres, étant donné que les aéroplanes aujourd’hui ne sont plus que des transports en commun destinés à rapprocher ceux qui désirent s’éloigner de ceux qu’ils fuient, puisqu’ils se retrouvent au final à la même destination commune.

Et s’ils y entretuent, qu’on appelle la police ! Qu’elle dirait ma chatte qui décidément est aussi déprimée que moi depuis que l’on ne se parle plus que par télépattes interposés.

Et je conclurai par un haïku à deux balles que me souffle la cigale avant d’en faire une chanson :

Ne donne pas à boire à un arbre sec avant de t’être assuré qu’il n’est pas mort, autrement tu gâcherais ta flotte.

Publicités
Posted in: Merdialisation ?