Une histoire dans l’histoire

Posted on 19 octobre 2015

0


lgjmp72

C’est étrange de constater combien cet animal pensant que nous croyons être ne retient aucune leçon de l’histoire. Tiens, je prends un exemple que tout le monde – et je parle de tout le monde animal – devrait comprendre. Depuis que le bipède est descendu de son arbre pour s’approprier l’arbre de son voisin, le voisin, qui pensait que son voisin était son meilleur ami, aurait dû piger que son meilleur ami peut parfois se transformer en son pire ennemi.

Au lieu de cela, il fit de son voisin de l’autre côté son nouveau meilleur ami et ils s’en furent tous deux déloger le premier voisin (on dira pour distinguer les deux que c’est celui de droite) de son arbre et de celui volé à son meilleur ex ami (dont on dira que c’est le voisin du milieu) ; et contre toute attente, l’autre voisin (celui de gauche donc) devenu le meilleur ami du voisin du milieu, s’allia avec le voisin d’en face dont il fit son meilleur ami, pour s’approprier non seulement l’arbre du voisin de droite du voisin du milieu, mais aussi l’arbre du-dit voisin du milieu, dont il se fit du même coup son pire ennemi – après tout, s’était-il dit, un appartement de trois arbres est plus confortable qu’un arbre studio.

Et si je vous disais que le voisin d’en face se fit ami avec ses deux voisins (celui d’en face à gauche et celui d’en face à droite) pour piquer les arbres des trois voisins d’en face (l’autre) et s’approprier tout le quartier pour fonder ainsi une colonie, vous pourriez en déduire logiquement qu’ils se firent au moins trois ennemis parmi les meilleurs amis des uns et des autres (on ne sait plus trop lesquels d’ailleurs). Mais comme cet arrangement ne convenait pas au voisin d’en face à droite qui, ayant une grande famille, voulut annexer les cinq arbres au sien, il s’allia avec son propre voisin d’à côté (mais toujours en face par rapport au premier voisin spolié), pour mener à bien son projet, se faisant ainsi de son voisin de gauche (qui est aussi le voisin d’en face au centre et le meilleur ami de ses voisins (de droite et de gauche) ; il s’en fit donc son nouveau meilleur ami, juste avant que l’histoire ne se poursuive, comme quoi, ainsi que je le disais au début, depuis qu’il est descendu de son arbre, le bipède ne retient aucune leçon de l’histoire.

Ouais, et il va encore nous dire que le bipède n’est décidément pas prêt pour la révolution. Qu’elle dirait ma chatte au neveu.

72rueresDSC_0462

Publicités